Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 15:25

2007: Ségolène ROYAL, victime des Eléphants qui humiliés par sa large victoire aux Primaires, ne la soutiennent pas et lui font perdre la présidentielle!

2008, Ségolène ROYAL, victime des éléphants qui lui volent sa victoire au congrès de Reims en bourrant les urnes!

2011, Ségolène ROYAL, victime de son parti aux primaires, qui a tout fait pour qu'il lui soit impossible de gagner, mais aussi et surtout de la stratégie de Sarkozy, qui a utilisé média et sondages pour manipuler l'opinion, qui a fait voter l'UMP à la primaire pour s'assurer de sa défaite!

Ségolène ROYAL effondrée dans les bras de ses enfante et les larmes aux yeux devant les média!

Mais trois jour après, Ségolène ROYAL de nouveau femme debout et aujourd'hui de nouveau sur le devant de la scène, tant son énergie, son courage, sa voix qui porte, son talent pour taper là où ça fait mal ont manqué aux Français et font d'elle une figure incontournable de la vie politique...

Ségolène ROYAL, indispensable à son Parti pour la victoire et de nouveau ce matin sur Europe 1 pour affirmer son soutien indéfectible à François HOLLANDE!

Ségolène est incontestablement une figure essentielle de la politique de notre pays, une femme extrêmement talentueuse, dotée d'une intuition hors normes et seule capable d' inventer un nouveau projet de société humaniste, mettant l'homme au centre, l'économie au service de l'homme et la finance au service de l'économie, celle qui a inventé la mutation écologique de l'économie pour en même temps sauver la planète, créer des emplois en faisant payer les banques, et payer la dette.

Ségolène ROYAL que son parti estime être essentielle pour la victoire de la gauche et à qui il offre, par décision politique, une circonscription balayée de toute concurrence politique tout simplement parce qu'on en peut pas se passer d'elle.

Le Nouvel Observateur que l'on ne peut pourtant pas taxer de Ségoléniste,  s'en étonne!

Il y a des résurrections bibliques en politique. Tout le monde la disait perdue depuis que le 9 octobre dernier, elle avait fondu en larmes devant les caméras de télévision, en découvrant qu'elle terminait quatrième de la primaire socialiste derrière Arnaud Montebourg avec moins de 7% des voix.

 

Ségolène Royal à Tours le 17 novembre 2011 (A. JOCARD/AFP)

 Ségolène Royal à Tours le 17 novembre 2011 (A. JOCARD/AFP)

 

Et voilà que la direction du PS lui offre un "parachute royal" à La Rochelle pour les prochaines législatives, voilà que Ségolène Royal se trouve mise sur orbite, débarrassée de ses rivales socialistes, pour obtenir "le Perchoir" à l'Assemblée nationale, en cas de victoire de François Hollande à la présidentielle.

 

Retour sur ces dernières semaines, belles comme une parabole, au cours desquelles la dame de Poitou-Charentes a démontré ses formidables capacités à rebondir et à renaître.

 

Elle est "morte" le 9 octobre et ressuscitée le 12


Ségolène Royal, l'évangéliste qui faisait peur aux éléphants socialistes, Ségolène Royal, la figure christique qui, par le miracle de ses mots, transformait sa défaite de 2007 en victoire est politiquement "morte", le 9 octobre 2011 au soir du premier tour de la primaire citoyenne.

 

Chacun se souvient en effet des larmes qui coulent sur ce beau visage, et qui au même instant lui rendent toute son humanité, marquant la fin de la période "biblique" de la présidente de Poitou-Charentes. À cet instant, beaucoup pensent que Ségolène Royal, en descendant si brutalement du ciel et en se fracassant sur la dure réalité de son score, va disparaître du paysage politique.

 

C'est évidemment une erreur. Elle ressussite le troisième jour, le 12 octobre, en acceptant de se dépasser elle-même, de ne pas céder à la tentation d'appuyer Martine Aubry qui lui tend les bras, et en décidant d'apporter un soutien clair à son ancien compagnon, François Hollande, comme le souhaitaient la plupart de ses amis.

 

Le 25, elle prend date pour le "Perchoir"


Le 25 octobre, Ségolène Royal a définitivement séché ses larmes quand elle révèle au "Point"son intention de devenir présidente de l'Assemblée nationale, un poste que lui auraient proposé conjointement, sans qu'elle en fasse la demande, François Hollande et Martine Aubry au soir du second tour de la primaire.

 

Cette déclaration destinée à prendre à témoin l'opinion publique, marque le retour gagnant de Ségolène Royal en politique, au point d'agacer par exemple Jean-Marc Ayrault, le patron du groupe socialiste à l'Assemblée et Christophe Borgel, le dirigeant aubryste du PS qui, tous deux, s'empressent de lui répondre: "Ne laissons pas croire que les jeux sont faits, que François Hollande a gagné et qu'on peut se distribuer les postes."

 

Deux jours plus tôt, elle a préparé ce coup de théâtre en annonçant, au Grand Jury sur RTLqu'elle avait pris contact avec Martine Aubry et obtenu de la première secrétaire de "rentrer dans la direction du PS."

 

Le bon tempo depuis le 16 novembre


Le 16 novembre, Ségolène Royal retrouve son bon tempo, celui d'avant l'échec du 9 octobre, la preuve, bientôt quotidienne que la "dame du Poitou-Charentes" est revenue au premier plan et qu'il faut de nouveau compter avec elle. La présentation de son équipe de campagne par Pierre Moscovivi , explique le 16 novembre, à ceux qui ne l'auraient pas compris que si

   Ségolène Royal n'a pas de statut particulier parmi les soixante, c'est parce qu'en tant qu'ex-candidate en 2007, elle mérite plus qu'un strapontin. Son courant est largement représenté dans ce shadow-cabinet, quant à elle, elle fait l'objet de toutes les attentions de la part du champion du PS qui la consultera régulièrement lors de réunions particulières.

 

C'est ensuite Ségolène Royal qui, le même jour, enfile son costume de présidente de région et s'en prend au gouvernement en dénonçant "le  cha,tage aux subvntions de la ligne LGV TOURS BORDEAUX.. Et le lendemain, voilà qu'elle remet sa tenue de femme politique nationale pour mettre en garde le PS contre " les risques de cacophonie" liés à l'accord maladroit, mal compris, entre le PS et EELV sur le nucléaire.

 

Le PS l'adoube en Charente-Maritime


Cette fois, son message est clair : le Parti socialiste n'en a pas fini avec elle et c'est bien l'ex-candidate de 2007 qui, forte de son expérience de la désunion qui lui a coûté la présidentielle, tape sur les doigts de François Hollande et de Martine Aubry.

 

Mais elle ne s'arrête pas sur sa lançée, Ségolène. Le 18 novembre, voilà qu'elle fait une apparition à Poitiers, au Congrès de la C.F.T.C., pour soutenir le syndicat menacé de disparaître en passant sous la barre fatidique de la représentativité légale, celle des 8% aux élections professionnelles. Le 22 novembre, elle rend hommage à "la  grande résistanteDanielle Mitterrrand. Et voilà que le 23, on apprend que le Parti socialiste lui offre la circonscription de la Rochelle, et on la voit imperdable, en éliminant deux rivales.

 

"Il y a eu unanimité du bureau national", se félicite Christophe BORGEL. "La première circonscription de Charente-Maritime était fléchée pour Ségolène Royal (...) C'est un choix politique, c'est une candidate essentielle pour notre parti, elle est l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 et c'est aussi une dirigeante de premier plan pour la campagne à venir".

 

Cet adoubement est la preuve que la présidente de Poitou-Charentes est de retour. Personne n'aurait parié sur elle le soir du 9 octobre dernier. Chacun le sait désormais : si elle n'est plus "la madone" du PS, elle a gagné en légitimité et en épaisseur. François Hollande a besoin d'elle, de son incroyable capacité à se régénérer et à rebondir, de son énergie, de ses idées, de ses fidèles. Et il le fait savoir."

 

Ségolène ROYAL eut été certainement la meilleure Présidente de la République que l'on ait eu depuis longtemps.


Le sort en a décidé autrement..Plutôt la peur devant quelqu'un d'aussi déterminé que Ségolène ROYAL, la peur de perdre des privilèges, la peur pour les riches de devoir renoncer à une partie de leur enrichissement, de devoir restituer une partie de la manne que lui a versée Sarkozy, la peur pour les banques et la finance des régulations annoncées et promises, mais aussi l'asservissement auquel la droite conduit l'électorat populaire, dégoûté de la politique, qui ne fait plus confiance n i à la guche, ni à la droite et est tenté par l'abstention et l'extrême droite, un découragement compréhensible mais anti productif.

 

Ségolène ROYAL ne sera pas Présidente de la République en 2012, mais elle sera une des figures de proue de la campagne électorale de François HOLLANDE, incontournable, à ses côtés, soutien indéfectible et elle fera tout, absolument tout pour sa victoire.

Elle le fera pour faire gagner la gauche mais surtout pour faire gagner les Français, consciente qu'une victoire de l'abominable Sarkozy se traduirait par une déliquescence de la France qu'il est en train de vendre par appartements, sa soumission à des puissance's étrangères, la misère pour les Français et leur asservissement, la soumission des peuples aux puissances de l'argent.

Alors, oui, elle a retrouvé toute son énergie et elle se battra jusqu'au bout. Je ne donne pas longtemps avant que les Français de Gauche ne regrettent de ne pas avoir été assez nombreux à voter à la primaire, et à voter pour elle, avant qu'ils ne comprennent qu'ils ont été manipulés par des sondages mensongers, avant qu'ils ne la pléviscitent de nouveau.

 

Mais la vie est ainsi faite. Il faut accepter le résultat des urnes et Ségolène ROYAL est suffusamment puissante pour marquer ce siècle de son empreinte. Elle a toujours un temps d'avance. Elle a une vision pour la France l'Europe et le monde. Elle a été assez forte pour gagner la bataille idéologique à tel point que certaines de ses idées phare ont gagné la conscience populaire, telles la démocratie participative, la régulation des banques...

 

Soyons sûrs  que son " CONTRAT AVEC LA NATION" continuera à progresser dans l'imaginaire populaire et finira par s'imposer.

 



 


Partager cet article

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires

Jean Calone 24/11/2011 10:36

Bonjour,
vous n'avez pas l'air de vous rendre compte que l'auteur de cet article sur le site du Nouvels Obs, Thierry de Cabarrus, se fout en réalité de la figure de Ségolène Royal en en faisant une figure
christique, ce qui accrédite aussi cette vieille critique récurrente comme quoi elle est entourée d'une secte...

Présentation

  • : Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • : Ce blog est un blog politique qui a pour objet de soutenir l'action de Ségolène ROYAL
  • Contact

VISITEURS

Archives

Catégories Politique