Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 14:29
3614622Dimanche, le Président de la République commémoré la rafle du Vel d'hiv qui s'est déroulée 70 ans plutôt. Cette rafle au cours de laquelle ont étéarrêtés massivement des Juifs, des enfants Juifs, conduits au Veld'hiv, avant d'être envoyés dans les camps de la mort.

C'était sous le gouvernement Pétain qui disposait de tous les pouvoirs et avait honteusement signé une armistice avec  Hitler aux termes dequel la France était divisée en deux: le Nord était occupé par les Boches comme on disait à l'époque et le Sud , intitulé zone libre, était le lieu de repli du gouvernement dit de Vichy.

Evidemment les contraparties étaient importantes et comportaient notamment l'aide aux troupes allemandes pour exterminer les juifs les juifs.

Ce gouvernement de Vichy était le gouvernement officiel de la France.

  C'est pourquoi, François Hollande a pu dire à juste titre que «ce crime fut commis en France, par la France», «pas un soldat allemand n’a participé à cette rafle».

"François Hollande a dit en mots simples, ce qu’a été cet épisode glaçant de l’histoire : une monstruosité commise par des hommes, français, envers d’autres hommes, juifs ou non, français ou non,et a surtout pointé toute la responsabilité de l’Etat  français dans ce triste épisode.

Seul Jacques Chirac, en 1995, avait osé l’évoquer. Tous les autres, engoncés dans leurs postures idéologiques, n’ont fait que déblatérer consensuellement, en occultant toute forme aussi minime soit-elle des responsabilités pourtant indiscutables de la France dans
cette histoire.

Mais il a aussi évoqué l’autre visage d’une France généreuse. Ce crime «fut aussi un crime contre la France, une trahison de ses valeurs. Ces mêmes valeurs que la Résistance, la
France libre, les Justes surent incarner dans l’honneur."

François Hollande n'a fait que dire la vérité dans un  discours lucide mais empreint
d'émotion.

On ne peut pas comprendre la polémique suscitée pas ce discours à droite sans se replonger dans l'atmosphère de l'époque...Les deux France..
La France de droite et d'extrême droite qui préférait Hitler au Front Populaire regroupée autour du Maréchal Pétain qui avait accepté de collaborer avec Hitler...Entouré de collabos qui espionnaient leurs voisins socialistes, franc-maçons et surtout juifs, qu'ils pourchassaient et livraient à l'armée allemande.
C' est dans ce cadre que s'est située la rafle du Vel d'hiv. La gouvernement de Vichy qui était le gouvernement officiel de la Fance en est évidemment responsable...Il est donc vain
de le nier...

Mais bien sûr tous les Français ne se retrouvaient pas dans ce gouvernement facho et anti
sémite.
La deuxième France, ce fut celle qui fut mobilisée par le Général de Gaulle de Londres par un  magnifique coup de Poker, un magnifique coup de bluf et qui permit d'organiser, de coordonner la résistance et de désorganisr la défense allemande pour permettre le débarquement des alliés...Cette deuxième France était officieuse, cachée...
Des millions de Français l'ont suivie, mais dans la clandestinité. Son symbole: le Chant des Partisans. 


Mais on ne comprend rien à cette époque si l'on n'évoque pas d'une part les profiteurs du Régime de Vichy qui ne pensaient qu'à s'enrichir, à faire du marché noir, qui dénonçaient les juifs pour ensuite piller leurs appartements, voler leurs tableaux, bijoux, argent.
D'autre part les millions de braves gens, qui résistaient silencieusement, à leur façon, qui ont, souvent au péril de leur vie, caché des familles ou des enfants juifs, caché des résistante, leur ont apporté de la nourriture...
L'atmosphère était invivable. Partout rôdait la peur...Et les collabos étaient souvent plus dangereux que les Nazzis.
Commémorer la rafle du Vel d'hiv c'est montrer du respect, à tous ces gens qui, dans un danger perpétuel et insoutenable, ont tenu, ont résisté...Aux cheminots, aux ouvriers, aux instituteurs et bien d'autres qui ont fait sauter des trains, sabottté des usines, donné des renseignements à Londres et permis enfin la défaîte de l'armée allemande.

Dans ces circonstances; la polémique alimentée par la droite est évidemment stupide et inopportune.N'en déplaise à Monsieur Guaino.

"Scandalisé par les propos de Hollande sur la tragédie du Vél' d’Hiv', l’ancien porte-plume de Nicolas Sarkozy a jugé bon d’injurier le chef de l’état : "Peut-être que Monsieur Hollande se sent plus proche de la France des notables apeurés qui se sont précipités à Vichy après l'armistice ? Ce n'est pas ma France." Pourquoi ? Parce que le chef de l’État avait dit la veille que le crime du Vél' d’Hiv' "fut commis en France, par la France". "Ce qui a été commis au moment de la rafle du Vél d'Hiv est une abomination. C'est une horreur (...) Mais la France, qu'est-ce qu'elle a à voir avec cela? " a déclaré le néo-député Guaino.

 

Un crime de la France contre la France

 

Eh oui, bien sûr que la France avait quelque chose à voir avec le Vel' d'Hiv'. La France concrète, pas la France des rêves d’Henri Guaino.

La France, c’est Charles de Gaulle ET Philippe Pétain, Pierre Dac ET Jacques Doriot, Robert Brasillach ET Louis Aragon, Adolphe Thiers ET Louise Michel, que ça vous plaise ou pas. La France des flics qui ont raflé les Juifs, ceux qui, sachant ce qui allait se passer, ont prévenu des Juifs et leur ont permis de fuir. Et bien sûr l’écrasante majorité de ceux qui n’ont rien fait."

 

 

Oui, comme l’a rappelé François Hollande, "ce crime a été commis en France par la France. Ce fut aussi un crime contre la France, une trahison de ses valeurs que la résistance, la France libre, les Justes surent incarner dans l’honneur." Non content d’injurier François Hollande, Henri Guaino a ajouté : "Bien qu'il soit président de la République, [il] n'a pas à parler en mon nom, il n'a pas à parler au nom de la France que j'aime, de la France qui est ma France". Car celle-ci "était à Londres, elle était avec la France libre, elle était dans les maquis". Ce souverainiste ne reconnaîtrait-il plus la légitimité de l’élection du président de la République pour lui refuser le droit de parler au nom de la France 

 

Se sentait-il plus dignement représenté dans sa fibre gaulliste et résistante lorsque son mentor, Nicolas Sarkozy a prononcé le discours de Grenoble sur sa guerre à l’insécurité et à l’immigration qu’il avait lui-même critiqué ? Et lorsque Jacques Chirac, premier président français à reconnaître une responsabilité longtemps passée sous silence, déclarait en 1995, que "la France, patrie des Lumières et des Droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux", que pensait alors Henri Guaino ?

 

En tous cas, il n’a rien dit. Pas un mot. Il ne s’est pas senti mal représenté. Pourtant Chirac ce jour là n’avait rien dit de fondamentalement différent de François Hollande mais cette année-là, Henri Guaino venait de travailler à la campagne de Jacques Chirac !

La responsabilité du gouvernement Français est incontestable. Le gouverrnement Français, par définition représentait la France et le Président de la République a eu raison de le souligner."

Il y avait De Gaulle qui s'est imposé, de Londres. Il y avait Pétain officiellement mis à la tête de la France. Pétain contre lequel s'est battue l'autre France, la France patriote.

Les Résistants ont désobéi au pouvoir en place et c'était légitime.. Des millions de Français ont désobéï. Grâce à eux la France a pu être libérée.Mais ils vivaient dans la clandestinité. Ils n'avaient aucun caractère officiel.
Comme l'a écrit Jean Paul Sartre" Dieu lui même ne peut pas faire que ce qui a été n'a pas été."
Les faits sont tenaces et rien ne sert de leur tordre le cou."

L' Anti sémitisme a fait partie de notre histoire et avec les valeurs de l'extrême droite refait surface..Cimetières violés, attentats etc...«l’antisémitisme n’est pas une opinion mais une abjection», il est nécessaire de rappeler avec force ces pages d’histoire parce qu’elles ont une fâcheuse tendance à vouloir réapparaître.
«Quiconque oublie son passé est condamné à le revivre». Cette phrase, attribuée à Winston Churchill, à Primo Levi, et même à Karl Marx, retrouve plus que jamais toute sa pertinence, et surtout toute sa place dans l’école républicaine et laïque, saccagée, démolie par l’ancien gouvernement. C’est vrai qu’on ne peut pas à la fois courir après le FN et
instruire la jeunesse sur les dangers de la xénophobie…"

Notre premier devoir est d'enseigner l'histoire sans la déformer, sans en retirer les périodes génantes...Les français dont je fais partie qui ont vécu cette période ne peuvent effacer Pétain car ils ont supporté et vu toutes les exactions dont il n'est rendu coupable. De Gaulle était loin. Ce n'est pas à Londres que s'est produite la rafle du Vel d'Hiv mais en France et il n'était pas là pour l'empêcher.



 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • : Ce blog est un blog politique qui a pour objet de soutenir l'action de Ségolène ROYAL
  • Contact

VISITEURS

Archives

Catégories Politique