Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 10:35

Segolene-Royal_scalewidth_630.jpg Dans une excellente chronique, Libération analyse les causes de la possible défaite de Ségolène ROYAL, dimanche à La Rochelle.

L'éditorialiste relève que l'échec même quand il est cuisant fait partie du drame politique; Mais, écrit il, il y a ici une série de fautes qui suscite un malaise certain, bien au delà d'une affligeante gaffe en forme de tweet.

D'abord du côté de François HOLLANDE: " En dépit des règles qu'il avait lui même  édictées,  et en violation d'une pratique républicaine, le Président a choisi d'afficher officiellement son soutien à une seule candidate en lice, en l'occurrence, son ancienne compagne, participant lui même à ce qui allait devenir un psychodrame."

Sur le fond Libé n'a pas tout à fait tort. Mais c'est oublier que lFalorni avait mis en place un imbroglio, tissé une toile d'araignée constituant un terrible piège pour Ségolène ROYAL, Solférino et le Président de la République.

Que Falorni ait choisi d'être dissident, soit , Comme l'a déclaré Martine Aubry, dans toute élection il y a 10% de dissidents. Pas agréable mais, rien à dire. Chacun est libre.

Mais, en l'occurrence, là où le bat blesse, c'est que le dissident en question ne pouvait se prévaloir du Président de la République, utiliser une photo les montrant ensemble et utiliser le sigle de majorité présidentielle puisqu'il avait été exclu du PS et sommé par lettre recommandée de modifier ses documents de campagne et qu'il avait refusé d'obtempérer. Si on ajoute que le dissident en question magouille avec la droite, cette candidature posait un problème au Président qui ne pouvait pas se laisser instrumentaliser.

Ceci explique cela avec en plus un désir d'honnêteté avec la candidate officielle. Il faut remarquer que s'il y a des dissidents en France, c'est le seul cas où il y a une espèce d'escroquerie morale dans le but de manipuler les électeurs.

Poursuivant sa chronique, Vincent Giret relève  que le rival socialiste de Ségolène ROYAL a franchi " une limite plus grave encore en entonnant avec la droite le  refrain nauséabond du - elle n'est pas d'ici- . Faut il rappeler que Ségolène ROYAL préside la région Poitou-Charentes depuis huit ans et que la constitution stipule que les députés sont les représentants de la Nation? Ce repli hystérique sur le territoire est aussi anachronique que scandaleux."

Enfin, Libération souligne, ce qui n'est pas anodin que cette lutte fratricide met au jour de médiocres mais tenaces règlements de comptes entre socialistes locaux, où les jospiniens n'ont pas été les derniers à tirer contre leur camp."

Les jospiniens, parlons en: ils ont la rancune tenace!  Il serait temps qu'ils renoncent à leurs petites magouilles d'appareil, à leurs rancunes personnelles et que leur chef de file. Lionel demande à Falorni de se retirer.

Je tire mon chapeau à la première Jospiniste qui a eu le courage de le faire: Elizabeth GUIGOU...Les femmes seraient elles plus courageuses, plus lucides, plus soucieuses de l'intérêt général que les hommes?

En conclusion Libération écrit:" Au final, le nouveau favori des sondages ne serait élu que grâce à un soutien massif de la droite. Une question, à quatre jour du deuxième tour, qui arrêtera ce jeu de massacre?

That is the question.

Seule désormais, avec  son équipe et les charantais qui la soutiennent, la courageuse Ségolène ROYAL refuse de baisser les bras et mène le combat jusqu'à la dernière minute pour empêcher l'inacceptable.

Libération lui ouvre ses colonnes.

Interrogée sur le sondage de l'IFOP qui la donne largement battue Ségolène Royal  a répondu;" C'est un choc car je ne pensais pas que la droite se reporterait aussi massivement sur mon concurrent, dissident de gauche ayant le soutien de la droite, de l'extrême droite  et de certaines vieilles complicités d'appareil."

Il s'agit évidemment, bien que Ségolène ne le cite pas, du clan JOSPIN avec Fountain et Fallorni, ce clan de joyeux drilles qui font du bateau ensemble et qui vouent une haine féroce à Ségolène ROYAL.

La candidate de la majorité présidentielle a ajouté:"Je ne m'avoue jamais vaincue. Il m'appartient, jusqu'à dimanche, de dénoncer cette escroquerie politique et de ramener vers moi tous ceux qui ont voté pour François Hollande à la Présidentielle et tous les abstentionnistes. Beaucoup d'électeurs de gauche, je l'espère, ne voudront pas participer à cette opération de déshonneur politique.Il faut ouvrir les yeux des électeursq; tous ceux qui ne voudront pas que leurs voix soient mélangées et instrumentalisées par l'UMP et le FN doivent venir vers l'unique candidate de toute la gauche."

Il faut reconnaître que voir un candidat dissident, qui se dit de gauche se recommander de la majorité présidentielle alors qu'il donne des meetings avec des maires UMP, se pavane avec des élus UMP alors même que l'un d'eux fut  un des Directeurs de campagne local de Nicolas Sarkozy, a de quoi surprendre,( Sarkozy serait d'ailleurs aux manettes de l'opération visant à abattre Ségolène ROYAL) et  est pour le moins inhabituel et parfaitement scandaleux. Un tel candidat est une tache indélébile pour la majorité présidentielle qui se veut exemplaire.

Interrogée sur le tweet de la soit-disant Première Dame de France, Ségolène ROYAL a répondu:" Face à la violence du coup, je n'ai pas voulu réagir à chaud, car je mène un combat politique difficile et je me dois de tenir bon. En tant que femme politique, je demande à être respectée, tout comme doit être respecté le soutien politique que m'apporte le Président de la République, en tant qu'unique candidate de la majorité présidentielle.

LIBERATION: Vous êtes le symbole de combat droite-gauche?

SEGOLENE ROYAL:" C'est la droite qui a voulu ça. D'où l'irresponsabilité du  candidat dissident. C'est une forme de trahison politique qui s'apparente à celle d'Eric BESSON en 2007. C'est accepter de faire perdre une candidate de gauche avec des voix de la droite et de l'extrême droite . Dans le sondage, mon concurrent récupère 83% des voix de Nicolas Sarkozy et 55% des voix de Marine LE PEN. Ce n'est pas l'homme de la majorité présidentielle mais bien l'instrument du " tout sauf  Ségolène."

LIBERATION: Vous seriez la femme politique à abattre?

SEGOLENE ROYAL:" Rien ne m'a été épargné alors que j'ai été exemplaire pendant la primaire et la campagne présidentielle. Je le répète: le maintien d'un candidat dissident à gauche est une trahison intolérable.

Interrogés sur les nombreuses personnalités socialistes venues la soutenir, la Présidente dela région Poitou-Charente estime que ces soutiens lui permettent de démentir les mensonges de son adversaire.

LIBERATION: Etes vous surprise par la violence de cette fin de campagne?

SEGOLENE ROYAL: Non. Et je m'interrroge quand je vois l'ancien ministre socialiste socialiste Philippe Marchand ou des réseaux qui ont encouragé par des réseaux Olivier Falorni à se maintenir, ces revenchards qui n'ont jamais accepté qu'une femme assume un destin politique au plus haut niveau.

 

LIBERATION: Qu'est ce que vous apportez de plus à cette circonscription que le candidat dissident?

SEGOLENE ROYAL:" Le rassemblement! Et c'est capital! Il a entretenu une ambiguuuïté dès le départ en disant qu'il avait le soutien du Chef de l'Etat et qu'il siègerait au groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, ce qui n'est absolument pas le cas comme le lui a dit le Premier Ministre. Je suis la candidate des forces de gauche, soutenue par les radicaux, Europe Ecologie et le Front de Gauche."

LIBERATION:" Pensez vous avoir commis des erreurs comme ne pas avoir accepté une primaire avec Olivier Falorni, cet huver?

SEGOLENE ROYAL: L'harmonie de travail qui régnait avec le député sortant Maxime BONO et tous les élus   était une garantie de rassemblement et de réussite pour la circonscription. Le vote des militants aurait divisé les socialistes locaux et personne ne voulait se lancer sur la base d'une division. Et puis, il y a eu, conformément à nos statuts un voten à l'unanimité du bureau national du Parti Socialiste."

LIBERATION: "Votre adversaire  vous accuse de vous servir de La Rochelle comme d'un " trempoline" vers l'Assemblée Nationale?

SEGOLENE ROYAL:"  Est-ce que vous entendez aujourd'hui des reproches faits à Jean Pierre BEL parce qu'il est Président du Sénat?Est-ce que cela retire quelque chose à son département? Au contraire. Ce sont mes adversaires qui instrumentalisent cela.Mais les gens savent que je peux être utile et, avec mon expérience,il est normal que je me mette au service d'une mission qui permette au gouvernement de bien réussir."

Ségolène ROYAL se bat comme une lionne. Mais elle a conscience de l'importance du complôt minutieusement organisé par un Jospin qui ne lui a jamais pardonné de ne pas s'être effacée devant lui en 2007 et d'avoir eu un score largement supérieur à celui qu'il avait recueilli en 2002, n'étant pas en mesure de se présenter au deuxième tour de la ptésidentielle, des barons locaux qui règlent leurs querelles personnelles, se désintéressant totalement de l'intérêt général, et la droite, voir Sarkozy lui même qu'elle a si souvent fait reculer, en particulier Bussereau qu'elle a sèchement battu aux régionales.

Mais dans tout ce méli-mélo où est l'intérêt de La Rochelle? 

Monsieur Maxime BONO nous révèle aujourd'hui que Falorni n'a rien fait au cours de ses mandats. C'est le Maire lui même qui a repris la trésorerie que cet incapable laissait en déshérence.

Il y a plus: il ne siègera pas avec le groupe socialiste et sera donc isolé, donc sans pouvoir.

Maxime BONO réagit:"Maxime Bono. "J'ai été trop indulgent. Demandez à ses collègues adjoints (lire ci-dessous) ce qu'il a apporté à la vie municipale ? J'ai fait son boulot (pour le personnel il a rempli sa mission) mais pour les budgets c'est moi qui ai repris la main. La dernière réunion de concertation budgétaire, il est arrivé en retard et parti en avance.

Vous auriez pu le dénoncer plus tôt ? Le dégrader ?

C'est douloureux de dire cela… Je me suis tu, ce n'est pas « une omerta », je pense à l'équipe. C'est ma première erreur, j'ai trop longtemps cru que je serai en mesure de recoudre les morceaux (il fait le geste, NDLR). Que l'on aurait le temps avant les municipales de 2014, ou 2015. Mais j'aurai dû m'en douter. Pour les dernières municipales il est venu dans mon bureau me demander d'être plus haut sur notre liste en tant que premier fédéral. J'avais accepté, ses collègues aussi […] Je ne l'ai plus revu depuis dans mon bureau.

Si dimanche soir, Olivier Falorni (crédité de 58 % des intentions de vote) est élu, vous faites quoi lundi matin ?

Je poserai la question à la majorité municipale pour que l'on prenne à son sujet une décision collective. Je ne suis pas un dictateur…

Mais vous vous proposerez quoi ? C'est « lui ou moi » ?

Non je ne le conçois pas comme ça mais il y a des choses que je n'accepterai pas. Je me renierai de ne pas réagir devant un élu qui le sera grâce aux voix de ses adversaires : selon le sondage, il a un tiers de voix socialistes. Pour le reste il réunit des voix de droite et d'extrême droite. 66 % au total. Ça me heurte !

Je peux comprendre que ces électeurs (dont des amis, d'ailleurs) veuillent « dézinguer » Royal. Mais pas d'Olivier Falorni, qui n'est pas mon ami, qui se dit de gauche. Je ne peux pas l'accepter.

Et pour votre ami Jean-François Fountaine, son soutien principal, des sanctions aussi ?

Il aurait dû se comporter autrement. Notre amitié n'a pas suffi… On peut rester amis sans se voir.

Si Ségolène Royal est élue, vous ferez la même chose ?

Je demanderai aussi à la majorité municipale de prendre une position. Il accepte complaisamment de devenir un cheval de Troie mettant, dans ses flancs, les bataillons de la droite. C'est son honneur qui est en cause.

Comment travaillerez-vous avec le député Falorni si c'est le cas ?

Je ne siégerai pas à côté d'un élu qui s'est conduit ainsi. Mais il ne sera pas la victime, pas plus que moi. La vraie victime c'est La Rochelle. Soit on a avec Ségolène Royal une députée qui saura porter les dossiers, soit on a un député totalement isolé […] Aujourd'hui, Bussereau (président UMP du Département, NDLR) l'aide à être élu mais après il n'aura aucune légitimité pour aller demander quoi que ce soit au Conseil général. Voter Falorni, c'est stopper les projets de ce territoire…

Si Olivier Falorni gagne, vous allez arrêter votre carrière politique ?

Ceux qui rejettent Ségolène prennent le risque de me voir m'éloigner […] Reprendre ma liberté.

--------------------------------------

->

« À une seule exception près » tous les adjoints au maire de La Rochelle ont publié tard, hier, un communiqué « condamnant cette aventure personnelle, destructrice de l'union ». Ils « demandent à tous les électeurs de gauche de refuser d'être les instruments de la droite (qu'est désormais M.Falorni) et de voter massivement pour Ségolène Royal, seule candidate de la majorité présidentielle, dimanche prochain "

L'élection du rénégat serait donc une catastrophe pour La Rochelle.

Interrogée sur France 3 sur son sentiment concernant l'élection, Ségolène ROYAL, toujours lucide a simplement répondu que c'était difficile et s'est refusée à tout pronostic.

Difficile, OUI. Mais, comme elle s'est toujours plu à le dire, les sondages ce n'est pas le vote. Le seul vrai sondage c'est le vote. Jusqu'au dernier moment on peut espérer.

  Il y a tellement eu d'abstentions au premier tour que tout reste possible.En outre le front anti  ROYAL de la droite se fissure. Bernard Debray a piqué une grosse colère contre la soit disant Première Dame et s'est prononcé en faveur de Ségolène ROYAL comme Dominique de Villepin, ce qui prouve que tout le monde à droite n'est pas d'accord avec la stratégie de la droite Rochelaise, de quoi faire réfléchir et espérer.

                                        une-majorite-au-changement    

 

 

 

 

 

 

 

 





Partager cet article

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • : Ce blog est un blog politique qui a pour objet de soutenir l'action de Ségolène ROYAL
  • Contact

VISITEURS

Archives

Catégories Politique