Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 22:00

Le départ de Delphine Batho du ministère de l'économie eszt largement commenté sur les média comme par les politiques. Ce qu'il faut savoir c'est que Delphine Batho, longtemps conseillère de Ségolène Royal a, depuis sa nomination en qualité de ministre pris ses distance et même vertement critiqué Ségolène Royal. Elle a alors perdu le soutien du courant ségoléniste et se trouvait totalement isolée. La déclaration qu'elle a faite sur RTL était donc pour le moins maladroite.Sur le principe, comme l'a expliqué ce jour Jean Marc Ayrault, il n'était pas acceptable qu'un ministre critique une décision prise  alorsd qu'elle n'avait pas eu recours à l'arbitrage. Il en va de la cohérence du gouvernement.

 

Aujourd'hui, Ségolène Royal a rompu le silence qu'elle avait gardé jusqu'à présent, levant un voile sur les rapports entre elle et la ministre démissionnée qui ne s'était pas montrée fcorrecte avec elle.

 

Dans une interview accordée dans un restaurant parisien proche des Champs Elysées, la Présidente de la Régio,n Poitou Charente s'est exprimée avec franchise et sans langue de bois.

Ségolène Royal en septembre 2012. Ségolène Royal en septembre 2012. © AFP

  Elle répondait, le 2 juillet, aux questions de l’Association de la presse panafricaine (Appa). Au menu de cette rencontre : peu d’actualité africaine et beaucoup de politique française. Du non-cumul des mandats au droit de vote des étrangers, en passant par son ex-protégée Delphine Batho – qui sera limogée du ministère de l'Écologie quelques heures plus tard – une fois de plus, la présidente de la région Poitou-Charentes a démontré qu’elle n’avait pas la langue dans sa poche et qu’elle était encore bien présente. Morceaux choisis.  

Invitée à parler de son dernier livre, Cette belle idée du courage (sorti chez Grasset en mai), devant l’Association de la presse panafricaine (Appa), le 2 juillet, Ségolène Royal n’a pas failli à sa réputation. Elle n’a pas mâché ses mots pour juger l’action du gouvernement français, les agissements de certains de ses membres ou encore les thèmes brûlants de l’actualité.

La présidente de la région Poitou-Charentes et vice-présidente de la Banque publique d'investissement (BPI) française, native de Dakar, revendique volontiers ses racines sénégalaises. Mais, devant les journalistes de l'Appa, dans un restaurant des Champs-Élysées, elle ne s’est pas étendue sur les questions africaines, dont l’élection présidentielle malienne prévue le 28 juillet, aujourd’hui un peu plus éloignées de ses préoccupations.

En revanche, interrogée sur l’actualité politique française, Ségolène Royal n’a pas été avare en commentaires. Et tout le monde en a pris pour son grade, y compris dans  son propre camp. À commencer par son ex-protégée, Delphine Batho. La députée des Deux-Sèvres, qui a succédé dans sa circonscription à Ségolène Royal en 2007, vient d’être limogée de son poste de ministre de l’Écologie, par le chef de l’État, François Hollande.

  • Delphine Batho

« Elle n’est pas très correcte avec moi, mais je n’attends rien d’elle. » Et de poursuivre : « Jamais il ne m’est venu à l’idée de taper sur les gens qui m’avait aidé à émerger pour exister. Il y a des gens qui se forgent dans les fidélités et d’autres qui s’émancipent en donnant des coups de pieds. En général, ce sont les gens les plus médiocres qui font cela. Les gens solides, ceux qui ont de l’avenir, n’oublient pas d’où ils viennent. »

Il y a des gens qui se forgent dans les fidélités et d’autres qui s’émancipent en donnant des coups de pieds.

  • Droit de vote des étrangers

Interrogée sur le rétropédalage du gouvernement de Jean-Marc Ayrault sur le droit  de vote des étrangers, Ségolène royal a rappelé qu’elle n’y était pour sa part, pas favorable, « la question de l’égalité étant plus importante que la question du droit de vote. Mais les promesses du président François Hollande doivent être tenues. »

  • Le non-cumul des mandats

« C’est lamentable. Les Français sont favorables au non-cumul des mandats et pourtant personne n’a le courage de prendre une mesure ! Tous les obstacles que j’ai affrontés – notamment à la Rochelle, où droite et gauche se sont ralliées à la candidature dissidente lors des dernières élections législatives - étaient liés à ce sujet. C'est une mesure que je me suis appliquée à moi-même et qui aurait été appliquée à tout le monde dans les 15 jours si j’avais accédé à l’Assemblée… »

  • Najat Vallaud Belkacem

L’actuelle ministre française des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement a par contre son soutien : « Najat est parfaitement correcte. Je l’ai formée et elle ne le nie pas. Aujourd’hui elle fait très bien son travail et en plus elle est fidèle. »

  • Classe politique

« Je suis la seule responsable politique à avoir formé une nouvelle génération politique. J’ai fait émerger des responsables politiques comme Manuel Valls mais aussi Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Jean-Louis Bianco ou encore Aurélie Filippeti. J’ai bénéficié de la mise en orbite par François Mitterrand et je me suis dit que je devais faire pareil pour aider la nouvelle génération.»

  • L’avenir

Quant à son futur politique et son retour sur la scène politique nationale, celle qui explique « avoir pris beaucoup de recul sur la politique politicienne », n'écarte aucun scénario : « Il faut avoir de la patience, être présent et se tenir prêt. On ne sait pas ce qui peut se passer. » Avant d’ajouter : « Le problème n’est pas d’exister ou de ne pas exister. Je n’ai aucune angoisse de la disparition. En tant qu’ex-candidate à la présidentielle, je suis installée à vie dans la vie politique française. Et cela me donne aussi une grande liberté, qui, je pense, fait ma force. » « Une force trop encombrante pour entrer au gouvernement ? », lui demande-t-on.  C'est  sûr que pour rentrer dans un gouvernement, mieux vaut se taire que parler, lance-t-elle en riant, ce qu'elle ne semble pas prête à faire.

 

Ce soir, rompant à nouveau le silence, Ségolène Royal s'est exprimée sur la 3.

 

Interviuwée sur kle limogeage de Delphine Batho elle a répondu" écoutez, moi je ne souhaite pas faire de polémique et des considérations personnelles parce que ce qui compte c'est la gouvernance d'un pays et en ce qui concerne le secteur concerné, c'est l'avenir de l'environnement.

 

Ici nous sommes dans la région de l'excellence environnementale, comme vous le savez et ce qui comptec'est que cette excellence gouvernementale continue. Je crois qu'avec le nouveau ministre qui gère un terriotoire au nom de ses principes écologiques dans le Gers, qui est souvent venu dans la région que je préside pour voir ce que nous faisions, notamment sur les circuits courts, sur la terre saine, sur le Marais Poitevin que j'ai réussi à protéger, sur le plan photovoltaïque, sur la voiture électrique. Ici nous avons anticipé et nous sommes un laboratoire de l'excellence environnementale qui est aujourd'hui imitée dans d'autres régions et cette locomotive régionale, j'entends bien la poursuivre, avec bien sûr le nouveau ministère.

 

" EST CE QUE VOUS PENSEZ COMME DELPHINE BATHO QUE 7% DE BAISSE DE CREDIT C'EST UN MAUVAIS BUDGET?

 

SEGOLENE ROYAL: L'écologie, je suis bien placée pour le savoir,pour avoir été Ministre de l'Environnement, ça ne se résume pas à un budget.

 

Aujourd'hui que veulent les Français? Les Français veulent que nous fassions des économies. ils veulent que l'Etat diminue ses dépenses. Alors si tout le monde refuse de diminuer ses dépenses, on ne va pas s'en sortir.

 

L'écologie, ce sont des comportements. L'écologie, c'est un idéal, c'est une voie à montrer. Par exemple, il y a des mesures qui ne coutent rien, dans l'écologie.

 

Si l'on soumettait tous les permis de construire à l'obligation d'intégrer dans les permis de constrruire les énergies renouvelables et de construire des bâtiments à énergie positive, vous avez une révolution écologique qui se met en mouvement sur le territoire, sans rien de dépenser de supplémentaire.

 

Si aujourd'hui toutes les entreprises et toutes les administrations qui ont des flottes de véhicules décident de vendre un véhicule à énergie fossile pour le remplacer par une voiture électrique, notamment la MIA qu'on fabrique dans la région Poitou-Charente, on crée des emplois; ça c'est de la croissance verte.

 

Si partout se  fait la mise  en place du pôle des echo-industries, c'est à dire  rassembler l'ensemble des industries qui travaillent sur la mutation énergétique, il n'y a pas de dépenses supplémentaires. Ce sont des énergies humaines supplémentaires. C'est une volonté politique farrouche qu'il faut mettre en place et je le répète, dans le domaine de l'écologie tout ne se résume pas à un budget."

 

CA VEUT DIRE QUE DELPHINE BATHO ETAIT UNE MAUVAISE MINISTRE? VOUS LUI AVEZ REPROCHE PAR EXEMPLE DE NE PAS AVOIR IMPOSE LES VOITURES ELECTRIQUES DANS TOUS LES MINISTERES. ELLE A ETE UNE MAUVAISE MINISTRE DE L' ECOLOGIE?

 

SEGOLENE ROYAL: Non, Non, je ne dirai pas cela du tout. Mais je crois, en prenant un peu de recul sans parler des personnes il faut se rendre compte que la mutation écologique se fait dans tous lers domaines, y compris dans le domaine du logement par exemple. Y compris la Banque Publique D'Investissement, puisque la Banque Publique d'Investissement a été créée et au coeur de cette Banque Publique d'Investissement, que je vice préside, comme vous le savez, il y a le financement des entreprises qui engagent la mutation écologique de l'économie. Donc il y avait des moyens, il y a des moyens supplémentaires qui sont donnés, peu-t-être pas dans le ministère proprement dit. Mais dans l'ensemble des structures qui gravitent autour du ministère.

 

Il y a les agences de l'eau qui font énormément pour la protection de l'eau.

 

Il y a les fonds d'investissement pour les transports publics.

 

Il y a l'ADEM. Je viens de rencontrer tout à l'heure la Présidente de l'ADEM et ils ont des partenariats avec la région qui sont extraordinairement efficaces. Par exemple des appels à projet pour des éclairages publics.

 

C' EST UN FOISONNEMENT D'INITIATIVES SUR LE TERRITOIRE, L'ECOLOGIE.

 

D'qUN MOT, S'IL VOUS PLAIT: EST-CE QUE VOIUS AVEZ EU DELPHINE BATHO AU TELEPHONE HIER SOIR?

 

SEGOLENE ROYAL Pas du tout. Moi, je ne veux pas interférer. Je veux la laisser tranquille. Ce qui importe, c'est l'esprit d'équipe. C'est l'intérêt général. La France est dans une situation difficile. L'écologie peut permettre de sortir de la crise. Je l'ai toujours pensé. Nous le mettons ici en application et je crois qu'il faut regarder en avant, se rassembler et avancer.

 

Ségolène Royal s'est exprimée avecv franchise et lucidité. Son analyse reflète sa longue expérience politique qui a sans doute manqué à la ministre limogée qui s'exprimera demain dans une conférence de Presse, à 15 heurs au cours de laquelle elle dira tout.

 

La sagesse voudrait qu'ensuite on tourne la page sur ce triste incident et que les forces vives de la nation se mobilisent pour faire avancer l'écologie.

 


 



 



 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • : Ce blog est un blog politique qui a pour objet de soutenir l'action de Ségolène ROYAL
  • Contact

VISITEURS

Archives

Catégories Politique