Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 15:12

1383229_10202161392498802_1870470955_n.jpg Hier, sur BFMTV, pendant deux heures Ségolène Royal a répondu aux questions des journalistes sans langue de boir. Elle a dir l vérité aux Français et donné ses solutions aux problèmes du moment.

 

L'affaire LEONARDA divise la classe politique et l'opinion publique. Le Président de la République a couvert son Ministre de l'Intérieur. Pour lui comme pour le Premier Minisrtre il faut appliquer la loi avec humanité ce qui explique qu'après avoir dit que kla loi devait être appliquée il a ajouté que aucun enfant ou adolescent ne devait être arrêté pour reconduite à la frontière dans une école ou un espace scolaire, y compris dans un car scolaire. Il a donc précisé que si l'adolescente voulait revenir en France pour terminer ses études, elle pouvait revenir, mais seule, sans ses parents.

 

Les problèmes de reconduite à la frontière sont toujours douloureux et d'autant plus douloureux que la procédure de demande d'asile est trop longue.

 

On ne peut qu'approuver la position prise par le Président de la République. Comme le disait Michel Rocard " la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde" Il y a un seuil de tolérance pour nos compatriotes qui est depuis longtemps dépassé, ce qui fait le lit du Front National.

 

Interrogée sur ce sujet Ségolène Royal a répondu avec b eaucoup de clarté et de vérité, soutenant le Président de la République .et le Ministre de l'Intérieur.

 

Leonarda: "le problème est réglé", juge Ségolène Royal
Ségolène Royal, présidente de Poitou-Charentes, a estimé dimanche que "le problème était réglé" dès lors que la collégienne kosovare Leonarda avait refusé la proposition de François Hollande de revenir seule en France.

AFP - Ségolène Royal, présidente de Poitou-Charentes, a estimé dimanche que "le problème était réglé" dès lors que la collégienne kosovare Leonarda avait refusé la proposition de François Hollande de revenir seule en France.

 

"Le problème est réglé, la jeune fille a dit non, les parents ont dit non. (...) La proposition a été refusée donc le problème est réglé. La loi va s'appliquer et la famille va rester au Kosovo", a-t-elle déclaré l

 

Comme on lui demandait ce qu'elle aurait fait à la place du chef de l'Etat, l'ex-candidate à la présidentielle de 2007 a répondu: "j'aurais fait ce que le président de la République a fait, ce que le ministre de l'Intérieur a fait, c'est-à-dire rappeler le principe d'application de la loi".

 

 "iI fallait faire une ouverture". Si François Hollande "n'avait pas fait d'ouverture on aurait dit +vous voyez, c'est l'application de la loi pure et dure, il n'a pas entendu, etc. Les mêmes qui aujourd'hui lui reprochent d'avoir fait cette ouverture lui auraient reproché de ne pas l'avoir faite...

 

Dans l'ensemble des réactions à cette affaire, "certaines sont sincères, certaines politiciennes".

 

Ségolène Royal a estimé que le mouvement des jeunes qui descendaient dans la rue était"ent plutôt sympathique, ajoutant:"l "Il faut qu'ils soient bien informés de la réalité des faits".

 

"Quand j'entends certains protester contre l'application de la loi, je leur rappelle que la loi c'est la protection des plus faibles", a-t-elle dit.

 

A la question de savoir si elle se situait "dans le camp de (Manuel) Valls", Mme Royal a répondu "bien sûr".

 

3243545_segoroyal_640x280.jpg

 

Très critiquée, y compris par la gauche,  sur sa décision de créer une société d'économie mixte pour maintenir l'outil de travail de l'Entreprise Heuliez, Ségolène Royal ne recule pas d'un pas, défendant sa politique régionale en faveur de l'emploi. Elle estime qu'il est de son devoir de donner à cette entreprise toutes ses chances de survivre et de faire le maximum pour sauver les emplois de ses salariés.

 

Ségolène Royal a insisté sur le faity que l'intervention de la Région ne se limitait pas et de loin à l'entreprise Heuliez.

 

Elle a au contraire affirmé que c'était le rôle des régions de soutenir les entreprises et l'emploi. " Nous utilisons tous les leviers possibles comme les avances remboursables ou les aides", a-t-elle rappelé, ajoutant que bien d'autres PME profitaient du soutient de sa région.

Harcelée par la journaliste qui porétendait que la Banque National d'Investissement avait refusé de soutenir l'entreprise Heuliez, Ségolène Royal a affirmé :" La BPI n'a pas refusé d'intervenir dans le dossier Heuliez puisqu'on ne lui a pas demandé", a ajouté la vice-présidente de la Banque publique d'investisement.

 

Au cours d'une précédente interview, la Présidente de la Région Poitou Charente avait d'ailleurs dit qu'elle n'avait pas demandé l'aide de la BPI parce qu'il ne s'agissait pas d'un problème de trésorerie, mais d'un problème de commandes. Hier elle a précisé qu'une commande très importante était en suspens, qu'elle ignorait si elle irait à son terme mais qu'elle n'avait pas le droit de laisser dépecer l'entreprise car s'il n'y avait plus d'entreprise, plus de matériel, si la commande intervenait elle aurait fait perdre leur chance aux salariés.

 

Ségolène Royal insisté nsur kle fait qu'elle faisait son devoir, qu'elle savzaitr qu'elle prenait un risque politique mais qu'elle l'assumait. Elle a également indiqué que toutes les régions agissaient de la même façon utilisant tous les outils dont elles disposaient pour sauver lkes entreprises et l'emploi.

 

Au cours de l'émission de BFMTV, Ségolène Royal s'est exorimée très longuement sur la politique de la France, sur l'Europe et ses Frontières, et sur l'Afrique notamment dans un débat très instructif avec Dopont Aignan, d'où il est ressorti certains points d'accord notamment sur l'Afrique. Cette partie de l'émission était particulièrement intéressante car elle faisait apparaître Ségolène Royal comme une femme ouverte, animée par la volonté de trouver des consensus y compris avec l'opposition lorsque c'était possible à condition qu'il s'agisse d'un débat d'idées faisant abstraction des personnes et surtout des critiques contre les personnes et des critiques politiciennes, la seule chose qui l'intéressait étant l'intérêt de la France et des Français dont beaucoup n'étaient ni de gauche ni de droite.

 

Cette partie de l'émission montrait une fois de plus que Ségolène Royal se plaçait au dessus des partiers et avait la ferme volonté de faire avancer les choses pour la France....

 

Interrogée sur son cas particulier La Présidente de la Région Poitou Charente a contesté être à la rechedrche d'un poste, mettant par là même à mal les soit disant rumeurs dont se fait l'écho Atlantico qui la voyait Ministre de l'Education Nationale après les Municipales. Elle se dit très à l'aise à la tête de sa région et insiste sur le pouvoir régional dont la mission est notamment da sauver les entreprises et l'emploi, d'aider à l'innovation et à la création d'entreprise et a ajouté que le travail de toute les régions mis bout à bout cela faisait la France. Si on soutient les entreprises et l'emploi dans toutes les régions, la France est sauvée.

 

Cette émission a permis de discerner l'objectif poursuivi par Ségolène Royal, sa nouvelle manière de faire de la politique, là où elle est. Décidément elle n'est pas intéressée par un poste ministériel et sa ligne politique n'est définitivement pas celle de François Hollande même si il lui arrive de le soutenir.

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • : Ce blog est un blog politique qui a pour objet de soutenir l'action de Ségolène ROYAL
  • Contact

VISITEURS

Archives

Catégories Politique