Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 16:50
SEGOLENE ROYAL: JE NE ME LAISSERAI PAS FAIRE

Depuis plusieurs semaines les nouveaux responsables de la Région Poitou Charente se déchaînent contre la soit disant " mauvaise gestion" des précédents Présidente: comprendre Ségolène Royal et son successeur....Audit confié à un cabinet britannique soit disant indépendant, vraisemblablement grassement payé, ce qui ne doit pas arranger les finances de la région...Accusations sans preuve.

Il faut dire qu'entre Ségolène Royal et Rousset, ça n'a jamais été le grand amour.

Selon le journal " Le Monde:

Les témoins de longue date de leurs relations ne s’étonnent guère de la violente querelle qui éclate aujourd’hui au grand jour entre M. Rousset et Mme Royal. Leur détestation réciproque dure depuis des années. « Elle ne peut pas le supporter, et lui non plus, observe un ancien conseiller régional de gauche. Rousset a mal pris qu’elle refuse de cofinancer certains projets ferroviaires auxquels il tenait pour l’Aquitaine », rapporte ce même élu. Ségolène Royal s’est toujours targuée de ne pas augmenter les impôts, tout en critiquant les exécutifs de gauche qui faisaient le contraire. « J’ai incarné cette rigueur, j’ai travaillé pendant dix ans à budget constant, sans augmenter les impôts », rappelle-t-elle aujourd’hui. Avec l’audit, « Rousset peut lui donner une leçon de bonne gestion », fait remarquer un ancien élu régional.
A couteaux tirés

En réalité, Mme Royal n’a jamais accepté l’autorité dont M. Rousset entendait faire preuve à la tête de l’Association des régions de France (ARF), qu’il a présidée de 2004 à 2016. « Quand elle venait à l’ARF, c’était à couteaux tirés entre eux. Il n’appréciait guère son comportement de reine », se souvient un des responsables de l’association. « M. Rousset n’a jamais digéré que, pendant dix ans, Poitou-Charentes incarne le fait régional. Lui n’incarnait pas l’Aquitaine », rétorque Mme Royal. « Il y a une forme de vengeance sur le thème : si la région Poitou-Charentes a été tant mise en valeur, c’est qu’il y avait quelque chose de caché. Comme s’il lui fallait noircir le tableau pour se permettre d’augmenter les impôts », poursuit-elle.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/04/09/guerre-ouverte-entre-segolene-royal-et-alain-rousset_4899035_823448.html#OCUyGikIagdwG98J.99

Il faut dire que Ségolène Royal a eu maille à partir avec Alain Rousset lorsqu'elle a refusé de participer au financement d'une ligne LGV, à juste titre dès lors que cette dépense n'entrait pas dans les compétences de la Région, mais devait être assumée par l'Etat...

Il faut également dire que ces deux personnalités n'ont pas la même conception de la politique régionale, Alain Rousset étant davantage ouvert vers une politique atlantiste et Ségolène Royal voulant développer sa région et la préparer à réagir dès la sortie de crise. Son choix stratégique entièrement orienté vers les industries d'avenir créant des emplois non délocalisables et permettant aux ménages d'améliorer leur pouvoir d'achat: ce fut le développement durable et les énergies renouvelables avec de belles réussites.

Tout ceci aboutit à des attaques irraisonnées, en tout cas, et de toute façon prématurées, unilatérales, pour l'instant dénuées de preuve. Une attitude qui s'apparente à un de ces réglements de compte dont les socialistes, souvent du sexe masculin et profondément machos comme l'a prouvé leur attitude lors de la campagne électorale de 2007 pendant laquelle ils n'ont pas correctement soutenu leur candidate, ont le secret.

LES FAITS

Poitou charente dette 2014 : 0,379 milliards d'euros - 6ème/22  Une des moins endettée de France.!!!! alsace : 0,809 milliards d'euros 15ème/22. la région alsace gérée par lr-ump est 2 fois plus endettée que poitou charente ! Selon Ségolène Royal 249 euros par habitant, contre 244 pour le déficit de la Région Aquitaine, également endettée quoiqu'en dise son Président.

PRECISIONS DONNEES PAR YVES DEBIEN, MAIRE DE MELLE.

Yves Debien (PS): "J'attends sereinement..."
Le maire de Melle (Deux-Sèvres) Yves Debien (PS), ex-premier vice-président en charge des finances réplique aux attaques d'Alain Rousset sur les dérives financières de l'ancienne Région Poitou-Charentes.
Yves Debien (PS), maire de Melle (Deux-Sèvres).
Yves Debien (PS), maire de Melle (Deux-Sèvres).
 

La charge d'Alain Rousset sur la dette et les impayés de l'ex-région Poitou-Charentes vous paraît-elle fondée ?



 

"Elle est totalement incompréhensible, la Région Poitou-Charentes est une des régions les moins endettées de France,  son encours de la dette par habitant est équivalent à celui de l'Aquitaine et nettement inférieur à celui du Limousin. Le service de la dette était parfaitement contrôlé et le taux moyen annuel des intérêts de ces dernières années a permis aux Picto-charentais de limiter le montant des intérêts annuels versés. Alain Rousset, après avoir mis le feu a lui même reconnu qu'il n'y avait eu aucune dérive!


 

Sur les retards de paiements abusivement qualifiés d'impayés, un montant a été lancé dans la nature sans qu'on nous dise d'où il provenait et de quoi il était composé. La région réglait pour 40 à 50 millions d'euros de facture en moyenne par mois, ce qui veut dire qu'automatiquement l'arrêt des paiements sur deux mois explique à minima au moins les deux tiers de cette somme. Je crains que les deux mois aient duré en réalité trois mois pour la région Poitou-Charentes. Pourquoi ? Le retard en matière de dématérialisation de l'Aquitaine, l'incompatibilité des logiciels et les difficultés à utiliser celui imposé par l'Aquitaine, je ne sais pas mais je m'interroge.


 

J'attends sereinement le rapport de la Chambre Régionale des comptes. Je tiens à vous affirmer qu'il n y a pas eu de mauvaise gestion et aucune irrégularité. Tout a été voté par l'assemblée régionale, après avis du CESER et le plus souvent à l'unanimité. En outre les Commissions permanentes étaient publiques et la presse présente."

On s'étonnait du silence de Ségolène Royal qui, n'étant plus en charge de la Région depuis 2014, a-t-elle dit ne voulait pas intervenir. Elle a donc pris son temps. Aujourd'hui, devant la violence de l'attaque menée, et ne pouvant plus supporter qu'on " salisse cette belle rgion", elle contre attaque.



Par charentelibre.fr avec AFP, publié le 8 avril 2016, modifié à 16h56.

Ségolène Royal est sorti de son silence. Mise en cause depuis un mois par Alain Rousset sur sa gestion de la région Poitou-Charentes qu'elle aurait conduit au bord de la faillite, la ministre est enfin sortie de son silence ce vendredi matin, au lendemain de la présentation de l'audit accablant commandé par le président de la nouvelle grande région.

Contactée par Le Point, la ministre de l'Écologie dénonce "de la basse vengeance", une manoeuvre visant "à justifier un arrêt des politiques régionales et une hausse des impôts". Et de menacer en annonçant, qu'elle se réserve le "droit de porter plainte" suite à ces "attaques diffamatoires".

Elle déplore un audit exclusivement à charge: "Les personnes mises en cause n'ont pas eu communication du rapport, Il n'y a pas eu de procédure contradictoire ! Quand on est sûr de soi, on communique le rapport. Les trois anciens directeurs généraux des services ont exigé d'être auditionnés hier et ont démonté point par point les attaques."

Interrogée par France 3 Poitou-Charentes sur les 132 millions d'euros d'impayés relevés par le cabinet d'audit, Ségolène Royal a mis en avant un problème informatique: "Il a fallu fusionner les systèmes informatiques. La région Aquitaine a imposé son système informatique. Poitou-Charentes avait totalement dématérialisé son système informatique, donc il y a eu quelques semaines de retard qui aujourd'hui sont toutes résorbées."




Exclu : réaction de Ségolène Royal

Ségolène Royal dénonce des "attaques diffamatoires", se "réserve le droit" de porter plainte. Elle se dite "scandalisée de la méthode et du fond", et des propos "diffamatoires et négatifs"sur son ancienne région, aujourd'hui fusionnée avec Aquitaine et Limousin. "Aucune des personnes mises en causes par cet audit n'a été entendue par ce cabinet d'audit dont le siège social est à Londres. On est en République et il a la cour des comptes et la chambre régionale des comptes qui, elle travaille de manière républicaine et contradictoire, rappelle la ministre de l'Ecologie. Il n'y a que dans les Etats totalitaires qu'on jette en pâture des chiffres, des mots, des gens sans qu'ils aient la possibilité de venir s'expliquer."

Pour Ségolène Royal, c'est la réussite de ses politiques en Poitou-Charentes qui "dérange", avec notamment une décennie sans augmenter les impôts, ou prélever la taxe sur l'essence."En dix ans, nous n'avons pas augmenté notre budget. Nous sommes la seule région à avoir fait ça. Chaque fois qu'il y avait une dépense nouvelle, il y avait une économie nouvelle", explique-t-elle. "Dans la même période, en Aquitaine, c'est un demi-milliard d'impôts qui ont été pris sur les contribuables. C'est leur choix", ajoute-elle à l'adresse d'Alain Rousset.

De son côté, son fidèle Yves Debien, ancien vice-président chargé des finances de la région Poitou-Charentes, est encore monté au créneau à travers un communiqué. "Le document présenté ce jour n'est pas un audit mais un simple document de travail, 'flash' réalisé en quelques semaines, sur la base de documents ou d'informations qui, selon les propres dires du cabinet, n'ont pas été vérifiés. De ce fait, il ne peut donner une appréciation sur la gestion de la région", déplore le lieutenant de Royal, qui dénonce lui aussi une manoeuvre: "On cherche à faire oublier les succès des politiques conduites par la Région, sans augmentation d'impôt, grâce à une maîtrise des dépenses. Je regrette que ces attaques non justifiées aient porté atteinte à l'image du Poitou-Charentes, de ses habitants, des entreprises et de ses forces vives."
Région Poitou-Charentes Ségolène Royal Fiscalité Actualité

SUR LCI.

Pour répondre, l'ancienne présidente de région qui a exercé entre 2004 et 2014 en Poitou-Charentes, prend comme référence le dicton : "Calomnier, calomnier, il en restera toujours quelque chose". Dans la foulée, celle qui n'a pas souhaité augmenter les impôts pendant ses mandats régionaux, met en cause la stratégie politique de son successeur qui a pourtant, lui aussi, sa carte au Parti socialiste. "Cette vieille grosse ficelle politicienne consiste à ce que tout nouveau dirigeant de noircir le tableau de son prédécesseur pour mieux apparaître comme le sauveur que tout le monde attendait (...) pour justifier soit des hausses d'impôts, qu'il a déjà annoncées, soit des renoncements à des actions utiles et importantes qu'il a aussi annoncées."

La dette de Poitou-Charentes était au même niveau que la région Aquitaine

Ségolène Royal, ministre de l'Écologie

La ministre répète que tous ces chiffres sont "faux". "Les 132 millions d'euros ne sont pas dans le rapport. On a jeté en pâture des chiffres pour disqualifier, pour salir un territoire. Le rapport porte sur une période où je n'étais plus aux responsabilités." Certains reprochent à l'ancienne présidente de région d'avoir maquillé la dette avec notamment un crédit-bail permettant d'acheter des TER. "Il y a 8 régions en France qui ont utilisé ce crédit-bail. Au bout de 30 ans, les régions seront propriétaires des trains qu'elles auront renouvelés." Elle ajoute que la dette de Poitou-Charentes à la fin de l'année 2014 "était au même niveau que la région Aquitaine : 214 euros par habitant, 210 euros pour la Région Aquitaine."

 

La polémique lancée par Alain Rousset est un mauvais coup contre la Région Poitou Charente, sans doute destiné à discréditer sa grande énnemie, surtout destinée à faire accepter aux habitants de cette région une forte augmentation des impôts dont ils avaient été mis à l'abri par Ségolène Royal. Mais c'est un mauvais coup contre le parti socialiste qui apparaît p)lus désuni que jamais. C'est un mauvais coup contre le Gouvernement qui apparaît moins audible que jamais et contre une Ministre chargée notamment des relation internationales sur le climat. Donc un mauvais coup contre la France. BRAVO, MONSIEUR ROUSSET . C'EST REUSSI....

SEGOLENE ROYAL N'EN RESTERA PAS LA. Interrogée sur LCI, ce matin, elle a précisé qu'elle recherchait tout ce qui avait été dit et pouvait être considéré comme diffamation, qu'une lettre serait envoyée à chacun par un avocat pour exiger des preuves et qu'elle envisageait alors de porter plainte...A bon entendeur salut.

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 16:37
SURPRISE? HOLLANDE CANDIDAT?
SURPRISE? HOLLANDE CANDIDAT?

On apprend aujourd'hui que se tient le premier séminaire en vue de la campagne présidentielle. Invités à ce séminaire Emmanuel Macron et Ségolène Royal ainsi que un proche de Laurent Fabius, l'ami de longue date, Julien Dray et d'autre personnalités...essentiellement parisiennes, ce qui fait grincer des dents en Province.Pendant ce temps, Manuel Malls se répand dans la Presse affirmant que François Hollande est le seul candidat crédible pour la gauche en 2O17.

Présidentielle 2017 : selon Valls, «il n'y a pas d'alternative à Hollande à gauche»

| MAJ :
réagir
120
STADE DE FRANCE (SAINT-DENIS), LE 19 MARS. Manuel Valls et François Hollande lors du match de rugby France-Angleterre.  
STADE DE FRANCE (SAINT-DENIS), LE 19 MARS. Manuel Valls et François Hollande lors du match de rugby France-Angleterre.   (LP/OLIVIER LEJEUNE.)

Manuel Valls cherche-t-il à remonter le moral des troupes ? Après une semaine noire?

Stéphane Le Foll fait l'éloge de son idole estimant que rien n'est joué et tablant sur une amélioration de  l'économie.

 

Que François Hollande ait l'intention de réaliser un deuxième mandat, il y a longtemps qu'on le sait...Pourtant le moment choisi est surprenant.

 

Regardons en effet la réalité en face....La gauche est en morceaux...Les militants du PS rendent en grand nombre leurs cartes.La gauche du Parti souhaite un rassemblement avec le Front de Gauche et les Ecologistes et s'apprête a faire des rassemblements sur le terrain avec la société civile et associative pour déterminer ensemble ce qu'on veut faire....en somme de la démocratie participative... et ensuite choisir un candidat au cours de primaires. D'autres rassemblements se préparent.

 

Le Pire pour le Président Hollande c'est que les gens qui ont, par leurs bulletins de vote, assuré sa victoire  en 2012 ne veulent plus en entendre parler et le font savoir....Ils sont en colère parce qu'ils ont le sentiment d'avoir été trahis!

 

Les jeunes se détachent et sont dans la rue pour dénoncer la loi qui remet en cause le Code du Travail..notamment en facilitant le licenciement économique et les sondages accordent à François Hollande des cotes désastreuses.

 

Pourtant, Manuel Valls se dit prêt à accepter certaines propositions de l'UNEF et un groupe de travail réécrit ce code et si l'on en croit Libération, il ne resterait pratiquement plus rien de cette loi scélérate. Il rendra sa copie en Septembre....Trop tard de toute façon pour qu'elle soit appliquée avant 2017 cette loi tant décriée, à juste titre. Alors tout ça pour ça....

 

 

Côté bilan les résultats ne sont pas probants, même s'il y a certaines éclaircies dans le domaine de l'investissement, dans la réduction des dettes, dans la production, le bâtiment...Le chômage de masse se stabilise progressivement mais il est toujours là bien présent....et les Français désespèrent.

 

Des secteurs entiers de l'économie sont en crise...Le monde paysan, les chauffeurs de taxi et autres...

 

Certes Manuel Valls soutient que l'on n'est pas élu sur un bilan mais sur l'avenir promis...et la vision que l'on a...

 

Mais précisément les Français reprochent à l'équipe actuelle de ne pas avoir tenu les promesses de campagne de François Hollande, d'avoir trahi la gauche et de mener une politique de droite....

 

La révision constitutionnelle voulue par le Président, notamment en ce qui concerne la déchéance de nationalité, idée de droite adoptée au nom de la nécessité de l'union nationale, qui tenait à coeur aux Français n'a pu se réaliser, bloquée par le Sénat.

 

Je ne veux pas être un oiseau de mauvaise augure, mais j'avoue être envahie par le septicisme.

 

S'il y a une chose qui est certaine c'est que vu l'état de délabrement de la gauche qui ne se retrouve pas dans la politique menée, un débat est indispensable, avec les citoyens...sur ce qu'est la gauche au vingt et unième siècle, ses valeurs, comment renouer avec la solidarité et la fraternité, la participation des citoyens aux décisions qui les concernent, les rapports des citoyens avec les énergies renouvelables, le développement durable, la protection de l'écho système et les engagements, la mobilisation qu'ils sont prêts à prendre pour assurer le succès de la COP 21, et la protection de notre planète, quelle attitude avoir vis à vis de la mondialisation et du made in France, les efforts que les Français sont pécuniairement prêts à fournir pour acheter français, quelle sécurité pour la France, qu'attend -t-on de l'Europe, doit on fermer nos frontières, quelle attitude avoir vis à vis des migrants...Les choses ont changé. L'adaptation est nécessaire, mais pas au détriment de nos valeurs, de notre mode de vie, de la protection des salariés...

 

Et surtout...l'appauvrissement des classes défavorisées, le blocage des rémunérations, le blocage des retraites, l'enrichissement des plus riches, les dividendes colossaux distribués...le fait qu'il n'y a plus de redistribution, que le poids fiscal imposé aux Français s'est énormément allourdi, que des salariés qui travaillent à temps complet n'ont plus les moyens de payer leurs loyers...et aucune solution ne se profile à l'horizon...

 

Tous ces points et bien d'autres ont besoin d'un débat de fond, non pas entre énarques , experts et élus, mais avec les citoyens qui ont leur propre expertise, leurs propres idées, leur expérience, leur pratique ...car tout est à revoir.Et rien ne sera possible si les citoyens ne participent pas aux décisions qui les concernent...Une profonde réflection est nécessaire pour éviter, en période de menace terroriste de mettre la France dans la rue.

 

Si l'on continue dans la ligne actuelle la gauche s'effondrera pour des décennies avant de renaître de ses cendres, si elle y parvient un jour. Et il me paraît impératif que le Premier Ministre cesse de traîter de ringards la gauche du PS, le Parti Commluniste, le Parti de Gauche et les écologistes...Bref, tout ceux qui ne pensent pas comme lui et n'ont pas la même vision de la gauche, de la France qu'ils veulent, de l'avenir pour lequel ils sont prêts à s'investir, du modèle de société qu'ils veulent créer. Il n'y a pas une gauche mais des gauches et cela, pour des raisons historiques, depuis toujours.Il n'y a pas de place à côté de l'Extrême droite, de la droite alliée au centre, pour une gauche qui défend une politique libérale et des valeurs de droite, qui privilégie les multi nationales au bonheur des citoyens. C'est pourquoi un d&bat entre toutes les gauches est essentiel afin de trouver un compromis accepté par les citoyens de ce pays.

 

Beaucoup de choses peuvent changer en un an. L'avenir ne nous appartient pas. Je ne suis pas Madame Soleil. J'observe et qui vivra verra.Mais ce qu'il ne faut jamais oublier lorsqu'on est à gauche, c'est que la finance doit être au service de l'économie et l'économie au service de l'intérêt général et non l'inverse....C'est ce que semble-t-il ont oublié nos gouvernants, depuis des décennies...Le redécouvrir sera difficile.

La Démocratie c'est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple comme nous le disions en 2007 quand nous soutenions la candidature de Ségolène Royal...Ne l'oublions pas...

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 15:28
LE DEPART D'UNE TRES GRANDE DAME DE LA POLITIQUE
LE DEPART D'UNE TRES GRANDE DAME DE LA POLITIQUE

La nouvelle de la démission de Christiane Taubira du gouvernement à retenti comme un éclat de tonnerre. Celle qui représentait le symbole de la gauche dans le gouvernement Valls, son icône a décidé de claquer la porte du gouvernement, contre l'avis du Président de la République qui souhaitait qu'elle reste, qui avait besoin d'elle pour parvenir au rassemblement qu'il appelait de ses voeux...Dans l'optique des élections présidentielles...

 

Mais pour elle la politique menée au plus haut niveau devenait insoutenable.

 

Combien de temps en effet peut on faire avaler des couleuvres à une femme politique de conviction et de très grande envergure ?

Jusqu'à quand est il possible de rester droit dans ses bottes, avec courage et dignité en supportant les injures, les humiliations, les insultes, simplement parce qu'on n'appartient pas au sérail, simplement parce qu'on est une femme, une noire et qu'on n'est pas issu de la bourgeoisie bien pensante mais  qu'on a eu des encêtres esclaves?

Jusqu'à quand peut on accepter d'être la tête de turque de la droite tout en voyant s'accumuler sur son chemin les pièges, les réticences, les blocages venant de son propre camp pour empêcher la réalisation  des réformes pour lesquelles on a été nommé?

Jusqu'à quand peut on tolérer de rester dans un gouvernement qui détruit une à une toutes les valeurs de la gauche, quand on a de profondes convictions de gauche, qui piétine JAURES et considère le socialisme comme ringard?

Dieu sait le souffrance infligée à cette femme droite, respectueuse de ses convictions. Dieu sait la force dont elle a fait preuve pour résister...avec hauteur et dignité?

               

                                                      TROP C'EST TROP.....

 

Christiane Taubira a été désignée sur un programme fondé sur des peines de substitution à la prison inefficace contre la récidive, qu'elle n'est pas parvenue à mener à bien face à un Premier Ministre marqué par le tout sécuritaire qui n'a cessé de lui mettre des bâtons dans les roues comme il ne cesse d'en mettre sur les pas de Ségolène Royal    en accordant par exemple,contre l'avis de sa Ministre le déversement de boues rouges nocives à la santé publique dans les Calanques.

 

De même, à cause du Premier Ministre, Christiane Taubira n'est pas parvenue à faire mettre à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale sa réforme sur les jeunes.

 

Pourtant elle a fait de grandes choses, avec le soutien du Président de la République. Elle a tenu à bouts de bras avec Dominique Bertinotti qui y a laissé sa santé au passage la loi sur le mariage pour tous, consacrant le libre choix des citoyens sur leur mode de vie, la liberté d'être hétéro sexuel ou de vivre avec un conjoint du même sexe en bénéficiant des mêmes droits et en étant respectés. Son nom restera attaché à cette grande loi.

 

Pourtant elle a fait de la dénonciation de l'esclavage un de ses combats politiques.

 

Pourtant, elle a redonné à la justice son indépendance mise à mal par la droite et a rendu aux magistrats malmenée par l'infame petit bonhomme éternellement courroucé, éternellement injurieux éternellement amoureux de sa propre personne communément appelé Sarko leur dignité.

 

Elle a résisté, résisté Christiane Taubira.

 

Mais arrive un moment où ce n'est plus tenable!....Et ce moment est arrivé lorsque sans réfléchir aux conséquences, tout en reconnaissant que c'est une mesure totalerment inéfficace, mais au nom du symbole, François Hollande, sans doute pour piéger la droite sans doûte par stratégie politique, a décidé que les terroristes Français seraient déchus de leur nationalité. Une plate politique politicienne pour assurer autant que faire se peut sa rééelction.

 

La plus grosse faute politique qu'il puisse faire!

 

Hélas, trois fois hélas, ce Président sans expérience comme je l'écrivais sur ce blog au moment de la campagne présidentielle, n'a jamais vécu la guerre. Alors la déchéance de nationnalité, connaît pas....Pourtant une telle mesure est d'une gravité exceptionnelle et d'une dangerosité qu'à l'évidence, il n'a pas mesurée, dans une période où, selon lui l'union nationale pour lutter contre le terrorisme et surtout pour assurer autant que faire se peut sa réélection s'impose. Oui  mais pas à n'importe quel prix....

 

La déchéance de nationalité si elle s'applique à des Français de souche crée des apatrides,qui n'ayant plus de nationalité sont libres d'eux mêmes, sans coutrôle d'un ETAT, sans passeports...et peuvent sans difficulté grossir les rangs des terroristes islamiques..., la dernière chose dont nous ayions besoin. Si elle ne touche que les bi-nationaux, elle vise les Français naturalisés, dont un parent ou un ancêtre étaient étranger, qui ont un père et une mère de nationalité différente...Et pourquoi pas Valls ou Sarkozy? Et du même coup instaure deux catégories de Français...alors que selon la Constitution, la France est une et indivisible.

 

Après la guerre on pratiquait l'indignité nationale qui est infiniment préférable, se bornant à supprimer les droits civiques, à empêcher

 de trouver du travail...bref handycapant considérablement dans leur quotidien ceux qui en son frappés, en faisant peser sur eux le déshonneur tout en leur conservant leur nationalité.

 

A courir après la droite extrême et l'extrême droite, la gauche perd son âme, perd ses valeurs, porte atteinte à la notion même de république, à son slogan: LIBERTE EGALITE ET FRATERNITE..dont pourtant elle se réclame.

 

Ceci n'était évidemment pas tolérable pour la Grande Dame de la Politique ...qu'est Christiane Taubira, sincère dans ses convictions, fidèle à ses engagements.

 

François Hollande voulait qu'elle reste car elle lui était nécessaire pour unir la gauche...Elle a réfléchi un mois puis a claqué la porte, ce qui  ne fait pas l'affaire du Président qui à l'évidence va devoir remanier son gouvernement et trouver une improbable solution.

 

Mais pourquoi Christiane Taubira aurait elle accepté de ternir son image, le combat de toute une vie?

 

Son départ m'afflige profondément car j'avais le sentiment que par sa résistance, ses refus, ses oppositions au système Valls elle sauvait les meubles. Mais le sacrifice a des limites et Christiane Taubira a eu raison de claquer la porte, de conserver aux yeux du monde son intégrité, de rester une icône de la gauche, libre et fidèle à ses convictions, qui  continuera à faire entendre sa grande voix, libre de toute contrainte.

 

Un seul regret...C'est que ce ne soit pas VALLS et pourquoi pas MACRON...qui s'unissent pour détruire le socialisme qui soient partis car la politique qu'ils mènent n'est pas la n^tre à nous peuple de gauche....Alors on leur aurait dit dans un immense éclat de rire:"Bon vent."

 

 

 

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 10:22
OUF!! ET APRES? LE GRAND CHAMBARDEMENT?
OUF!! ET APRES? LE GRAND CHAMBARDEMENT?

Ce mois de décembre est chargé en évènements d'importance qui vont à l'évidence chambouler le paysage politique de la France à court et à long terme.Un nouveau mod§ls de société se profile.

 

La COP 21 présidée par Laurent Fabius, mais activement préparée par Ségolène Royal qui a voulu que la France soit exemplaire et a fait voter la LOI SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE.....et a assuré la COP 21 civile avec les associations les syndicats, les entreprises, beaucoup plus nombreuses au rendez vous que prévu. Elle a obtenu un franc succès avec la signature de nombreux engagements notamment de la part des entreprises qui ont prévu de nombreux et investissements très importants. Des accords multiples et internationaux ont été signés.La dunamique est en route.

Ségolène Royal on Twitter
“10000 acteurs, 180 pays engagés sur des actions pour le climat ds le cadre de l'Agenda des Solutions #COP21 #LPAA https://t.co/rz1FuXVNjz”

OUF!! ET APRES? LE GRAND CHAMBARDEMENT?

«Initié en septembre 2014 par Ban Ki-Moon, le Secrétaire Général des Nations-Unies, au Sommet Climat de New-York, le Plan d’action Lima-Paris a dépassé toutes nos espérances. Ce processus inédit dans une conférence internationale sur le climat est un succès grâce à toutes les initiatives des acteurs étatiques et non-étatiques. Dès le premier jour de la COP21, les Chefs d’Etat et de gouvernement ont donné une impulsion pour mobiliser la société civile. En 8 jours, 70 engagements ont été pris pour accélérer la transition vers une économie bas-carbone.

Cet Agenda des Solutions - quatrième pilier de l’Accord de Paris – vient amplifier une dynamique irréversible, qui doit se poursuivre dans tous les secteurs d'activités et sur tous les continents. Nous l’avons élaboré ensemble, à nous d’agir pour qu’il devienne réalité immédiatement. »

Ségolène Royal
Chef de la délégation française pour la COP21

Ce travail, parallèle à la conférence est d'une importance considérable parce que les entreprises ont compris l'intérêt qu'elles pouvaient en tirer et qu'une dynamique se crée dès maintenant, sans attendre 2020 qui va s'amplifier avec la mobilisation sans précédent des citoyens du Monde  et poussera les ETATS à faire plus, à dépasser leurs engagements pour paevenir à limiter à 1,5 % à la fin du siècle le réchauffement climatique.

Un siècle qui a pour mission de réparer le gaspillage de l'ère industrielle. C'est dire si l'enjeu est fondamental.

 

Selon un article de Libération:Royal vante son «plan d'action» Lima Paris

«Plan d'action».

C'est bouclé, là au moins. Ségolène Royal (photo AFP) est venue passer en revue le bilan des annonces phares du Plan d'action Lima Paris et des 12 événements thématiques tenus du 1 au 8 décembre. Et qui signent, selon la ministre de l'écologie, «la plus grande mobilisation jamais vu dans une COP» par des acteurs non étatiques. Bilan : 70 grandes initiatives coopératives qui regroupent près de 10 000 acteurs de 180 pays.

«Plusieurs centaine de milliards de dollars ont été réorientés climat pour investir dans la transition vers une économie bas carbone», a assuré Royal. Plus d'un tiers des 2 000 plus grandes entreprises mondiales se sont «engagées» pour le climat. «C'est le grand basculement vers la croissance verte», a-t-elle vanté. Avant d'ajouter : «Ne soyons pas naïfs, ne laissons pas des firmes verser dans le greenwashing (très présent sur la COP 21, ndlr), mais beaucoup d'entre elles comprennent que le coût de l'inaction est plus élevé que le coût de l'action.»

 

Mais ce qui est extraordinaire, c'est que 185 Etats, aux intérêts divergents sont parvenus à un accord ambitieux, concluant des compromis acceptables par tous.Ce qui est extraordinaire c'est que 185 ETATS se soient engagés à limiter le réchauffement climatique bien an deçà de 2% à la fin du siècle et aient accepté une clause de revoyure tous les cinq ans pour analyser les résultats des actions menées par chacun et voir comment aller plus loin. Ce qui est extraordinaire c'est que Les USA, la Chine et les pays pétroliers aient accepté de signer cet accord.

Un accord dont s'est félicité Laurent Fabius:

"Le temps est venu de nous concentrer, non plus sur les lignes rouges, mais sur les lignes vertes d'un compromis universel. Le texte est le meilleur équilibre possible, à la fois puissant et délicat, qui permettra à chaque délégation de rentrer chez soi la tête haute et avec des acquite importants. Le monde retient son souffle."

Le Président de la République, dans un superbe discours a souligné l'importance de l'accord qui s'inscrit dans l'histoire de l'humanité et s'est engagé à l'appliquer.

Rubrique : COP 21, Développement durable et énergie, International, développement et francophonie

Le Bourget – Samedi 12 décembre 2015

Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, cher Ban Ki-MOON,

Mesdames, Messieurs les délégués,

Alors, vous l’avez fait ! Vous avez réussi là où il y avait eu l’échec il y a six ans. Vous avez réussi alors que le scepticisme était encore à un niveau élevé ces derniers mois. Vous l’avez fait et vous l’avez fait à Paris. Vous avez été capables de dépasser vos intérêts légitimes pour trouver un accord et pas n’importe quel accord, un accord ambitieux, un accord universel, un accord contraignant. Je veux vous remercier d’avoir été à la hauteur de la responsabilité qui vous était confiée, d’avoir répondu à l’appel des chefs d’Etat et de Gouvernement.

Jamais, il ne sera possible d’exprimer autant de gratitude à une conférence et vous vous souviendrez longtemps que c’était à Paris, le 12 décembre 2015. Et plus tard lorsque l’on vous interrogera, lorsque l’on nous interrogera sur le sens de notre vie, sur l’accomplissement de nos actions, nous pourrons évoquer bien des faits, nous pourrons raconter bien des histoires mais une reviendra, vous pourrez dire « le 12 décembre 2015, nous étions à Paris pour l’Accord sur le climat » et vous pourrez en être fiers devant vos enfants et vos petits-enfants.

Je remercie Laurent FABIUS pour le travail qu’il a mené pendant des mois. Vous savez que c’est le ministre des Affaires étrangères du gouvernement français et je posais la question à mes collaborateurs, je disais « mais où est Laurent FABIUS ? » et on me répondait « mais il est dans l’avion car il visite tous les pays du monde pour aller chercher l’accord sur le climat » et puis depuis treize jours, il a, avec vous, pendant toutes ces heures, élaboré cet accord, cherché les compromis et en même temps il n’a pas renoncé à aucun moment à l’ambition qui devait être la nôtre.

Au-delà de lui, je veux remercier comme vous l’avez tous fait et avec des mots qui sont allés droit au cœur des intéressés, toute l’équipe, toute l’équipe du secrétariat général des Nations unies, toute l’équipe autour de Madame FIGUERES, toute l’équipe qui a pu permettre justement d’arriver au résultat que nous connaissons.

Cet accord, nous l’attendions depuis longtemps. Depuis plus de quarante ans, la prise de conscience progressait, des scientifiques étaient de plus en plus sûrs de leurs travaux, des déclarations des chefs d’Etat et de Gouvernement se multipliaient, des femmes et des hommes d’avant-garde, des précurseurs comme AL GORE ici présent, lançaient des alertes, nous disaient qu’il était temps d’agir ! Mais les engagements décisifs étaient toujours attendus.

Puis, il y avait cet échec de Copenhague qui avait -si je puis dire- refroidi les meilleurs esprits, peut-être même découragé un certain nombre de chefs d’Etat et de Gouvernement les plus engagés. Si bien qu’il y a trois ans, j’ai proposé que la France accueille la conférence de Paris pour le climat. On m’avait mis en garde, on m’avait dit « est-ce sûr qu’il y aura un accord ? » mais comment le savoir avant que l’on ait travaillé pour y parvenir ? J’étais conscient qu’il s’agissait d’une énorme responsabilité, je savais que l’échec était possible mais en même temps, tirant la leçon de l’Histoire, je savais qu’il n’y a pas d’avancée sans audace, pas de progrès sans risque, pas de réussite sans épreuve. L’Histoire, Mesdames et Messieurs, elle est écrite par ceux qui s’engagent, pas par ceux qui calculent ! Et aujourd’hui, vous vous êtes engagés et vous n’avez pas calculé !

J’étais confiant parce que jamais, un enjeu n’avait rassemblé autant de chefs d’Etat et de Gouvernement. Jamais, il n’y avait eu autant de contributions nationales, ces fameuses INDC élaborées par les gouvernements pour dire les engagements de chaque Etat. Jamais, il n’y avait eu autant de textes avec ces engagements. Mais avec l’Accord, nous sommes maintenant en mesure de limiter la hausse des températures en-deçà de 2 degrés, de 1,5 degré même d’ici la fin du siècle. Puisqu’une clause a été prévue pour réviser ces engagements, que des financements – 100 milliards – sont mobilisés pour l’adaptation des économies, notamment dans les pays en développement, que vous avez introduit des mécanismes pour que la solidarité soit effective notamment en direction des pays les plus vulnérables et notamment pour qu’ils puissent compenser les pertes et les dommages. Alors, oui, le monde a écrit avec vous une nouvelle page de son Histoire !

Nous entrons dans l’ère du bas carbone. C’est un mouvement puissant et irréversible et ce mouvement va bien au-delà des Etats et des Gouvernements, des milliers de régions, de provinces, de villes, se sont engagées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 ; des entreprises, le secteur financier, ont décidé de réorienter leurs investissements vers les secteurs bas carbone. Et ici à Paris, nous avons lancé de multiples initiatives, initiatives africaines, pour apporter l’électricité à tous, une alliance a été conclue pour le développement de l’énergie solaire, pour les innovations, pour partager les technologies.

Au cours de cette conférence, ont été présentées des initiatives qui vont révolutionner le monde et lui permettre d’assurer sa transition. Mais cet accord, votre accord n’est pas un aboutissement ; c’est un début et la France mettra tout en œuvre non seulement pour appliquer l’Accord, nous en avons la responsabilité, mais pour accélérer le mouvement.

Je m’engage au nom de la France à réviser au plus tard en 2020 nos engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

Je m’engage à réviser la contribution financière notamment pour les pays les plus vulnérables, pour l’adaptation. Je m’engage avec d’autres pays s’ils veulent nous rejoindre pour former une coalition pour aboutir à un prix du carbone et pour que les investissements puissent être ainsi réorientés !

Demain, dès demain, je ferai la proposition que les pays qui veulent aller plus vite puissent réactualiser avant 2020 tous leurs engagements.

Mesdames et Messieurs, le combat pour le climat participe d’une lutte, d’une lutte engagée depuis des siècles, des décennies pour la dignité humaine, une lutte pour l’égalité, une lutte pour les droits fondamentaux. Vous savez qu’ici, à Paris, ont été proclamés les droits de l’Homme et du citoyen, eh bien grâce à vous aujourd’hui, vous venez de proclamer les droits de l’Humanité. C’est à cet acte, à cette révolution-là que je veux également souligner la portée de l’Accord de Paris.

Je suis fier, fier que la France ait accueilli cette conférence ; fier que les Nations Unies aient été capables en tant que communauté internationale de prendre cette responsabilité ; fier que les idéaux de justice aient pu prévaloir ; fier de ma génération, de votre génération, qui a été capable de décider d’agir pour un monde que nous ne verrons pas.

Oui, le 12 décembre 2015 restera une grande date pour la planète. A Paris, il y a eu bien des révolutions depuis des siècles mais aujourd’hui c’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie : la révolution sur le changement climatique.

Merci !

Vive les Nations Unies,

Vive la planète,

Nul doute que cet accord transforme profondément la France et permette à terme l'échéance d'un nouveau mode de société, plus fraternel, plus solidaire, plus économe, une société du bien être,que Ségolène Royal appelle " sociale écologique."

"L'accord est fait ! Une nouvelle histoire peut s'écrire pour une harmonie entre l'humanité et la planète. Une espérance à bâtir

 

La COP 21 a fermé ses portes sur un grand succès. Encore faut il qu'il soit appliqué. Le temps de l'action est venu et les engagements sont prometteurs....

Ségolène Royal, dès la fin de la COP 21 s'est appliquée à agir pour la mise en application de la LOI DE TRANSITION ENERGETIQUE car maintenent le temps de l'action est venu.

Chaque jour est annoncé un projet d'investissement audacieux.

A titre d'exemple:

Le Commissariat général à l’investissement a débloqué 5,8 M€ pour soutenir la construction d'immeubles en bois de grande hauteur, dans le cadre du programme des investissements d'avenir.

- Le projet ADIVbois vise à court terme (horizon 2018) à permettre de construire des « Immeubles à Vivre en Bois » démonstrateurs jusqu’à 15 étages et à favoriser à plus long terme la construction d’immeubles en bois de très grande hauteur (plus de 30 niveaux).

Un appel à projets sera lancé pour identifier 5 à 10 territoires français intéressés pour accueillir des projets d’immeubles de grande hauteur en bois qui permettraient de valoriser la production de bois français.
-

Smart Grid : un réseau électrique intelligent qui prend en compte de nouvelles sources de production d’énergie


energies renouvelables

Dans le sillage de l’adoption de la Loi sur la Transition Energétique, la part d’énergie produite à partir de sources renouvelables ne cesse d’augmenter, autant en Europe que sur les autres continents. Aujourd’hui surtout concentrée sur le photovoltaïque, la biomasse et l’éolien, l’industrie des énergies renouvelables voit en parallèle s’affirmer toujours plus de nouvelles sources alternatives. Quand certaines sont encore au stade du projet, d’autres ont déjà vu le jour avec des programmes tests. Petit tour d’horizon des dernières avancées.

-

'Le projet s'inscrit dans une démarche de développement durable à double titre. Tout d'abord, il promeut l'utilisation de véhicules à hydrogène, un moyen de tra...

Afficher la suite
 
Cette station de production d’hydrogène sera la 1re de France. Le plein d’hydrogène, s’il vous plaît." La démarche paraît encore fantaisiste mais elle sera bientôt…
midilibre.fr
 
Sans compter le revêtement photovoltaïque sur les autoroutes, de grandes avancées sur le stockage des énergies solaires et un grand ETC....
 
Maintenant la voie est grande ouverte. La réussite dépend de la volonté politique. Dans notre pays je fais toute confiance à Ségolène Royal...Mais elle n'est pas seule. Environnée d'un Premier Ministre et d'un Ministre de l'Economie pas très écolos...Le combat sera rude, en particulier contre les lobbies. Mais restons optimistes et regardons le bon côté des choses.
 

ïque

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 11:07

Pour Ségolène Royal La COP 21 revêt une importance considérable. Il ne s'agit rien de moins que de mettre en place un nouveau mode de vie, un changement profond dans les comporrtements à l'échelon du Monde entier car la lutte contre le réchauffement climatique c'est le rôle de chacun à sa mesure, à chacun dans ses possibilités, par des gestes simples dans le quotidien; et la lutte contre le réchauffement climatique c'est sauver la planèrte et sauver la paix car il s'agit du même combat.

Un combat qu'elle mêne depuis des décennies, en tant que Ministre de l'environnement de François Mittérand, en tant que députée, Présidente de Région, Candidate à la campagne présidentielle de 2007, candidate aux primaires de 2012 et Ministre de l'écologie de l'énergie du développement durable et du transport de François Hollande.

Car Ségolène Royal a de la suite dans les idées et met toute son énergie dans ce combat, le combat de sa vie, parce qu'elle le croit juste, parce qu'elle a compris que le monde entier doit participer à ce combat simplement pour la survie de la race humaine et pour aboutir à une société de bien être. Et ce combat elle le mène avec tous les intéressés en cherchant toujours une solution qui recueille le consensus.....Et ce n'est pas simple parce que les intérêts divergent, que les lobbies pèsent de tout leur poids et parce qu'outre les engagements pris par les Etats, les investissements privés, en particulier par les grosses entreprises pèseront lourd et que sans ces investissements rien n'est possible.

SEGOLENE ROYAL: UNE FEMME D'ETAT HORS PAIR

Dans une quinzaine de jours on saura si la France a pu obtenir un accord contraignant de tous les pays de globe, si les efforts du Président de la République, de Ségolène Royal et de Laurent Fabius auront permis de battre les réticences et convaincre 190 Etats de privilégier l'intérêt de l'humanité à leurs intérêts particuliers. Mais soyons sûrs que jusqu'au bout Ségolène Royal utilisera son pouvoir de conviction pour aboutir à l'enjeu majeur qui est la sauvegarde de l'humanité.

SEGOLENE ROYAL: UNE FEMME D'ETAT HORS PAIR

Il faut dire que Ségolène Royal n'est pas n'importe qui. Dotée d'une intuition profonde elle a souvent souffert d'avoir raison avant tout le monde, ce qui lui valait des quolibets, par des politiques qui la tournaient en ridicule...et ne cessaient de se gausser de ses idées soit disant stupides ou ridicules...

Mais elle a toujours persisté, persuadée qu'elle avait raison.

Celle dont Jacques Attali qui la soutenait en 2007 disait qu'elle " était une chance pour la France" était alors très populaire. Mais surtout son " Pacte Présidentiel "présentait une vision cohérente de l'avenir et était proche de ce que les Français souhaitaient ou ressentaient.

Et curieusement, aujourd'hui ce sont ses idées qui sont appliquées, parce qu' aujourd'hui elles correspondent à l'évolution naturelle voulue par les hommes et les femmes de ce Pays...Elle comprend le peuple qui la comprend.

L'unstitut d'Etudes EXPRIMEO fait une excellente analyse.

EXPRIMEO
Ségolène Royal et l'étonnante actualité de ses thèmes de ... 2007

Segolene Royal

Quand on compare les thèmes de campagne de Ségolène Royal en 2007 et les thèmes actuellement à la mode, il est stupéfiant de constater la capacité d'anticipation qui avait été celle de Ségolène Royal en 2007. De la place de l'ordre à la participation citoyenne en passant par la revalorisation des PME ... : toute la politique actuelle semble trouver ses racines dans le programme de ... Ségolène Royal en 2007 !

On peut vraiment parler d’un « phénomène » Ségolène Royal.

D’une part, elle a su exprimer le décalage entre les repères traditionnels des politiques de 1er plan et la société est d'alors.

Les premiers ne parlent pas comme la seconde. Tout est en décalage. Le 1er terme ci-dessous est celui utilisé par les responsables politiques. Le second est celui attendu par la société. Le décalage est édifiant :
collectivité / individu,
travail / loisirs,
religion / matérialisme,
efforts / jouissance,
certitude / doute,
optimisme / angoisse,
croyance / peurs,



Le second repère est que l’ambiance actuelle est aux valeurs féminines. Dans un monde d’angoisses et de précarités, la recherche d’harmonie appelle des concepts, des mots, des attitudes plus proches des valeurs féminines traditionnelles.

De la conjugaison de ces deux facteurs avait résulté un espace particulier en faveur de Ségolène Royal véritable révélation de la présidentielle 2007 jusqu'en janvier de ladite année quand elle était revenue aux fondamentaux du PS.

C'est là que l'on perçoit l'importance de disposer d'un appareil politique docile. Si elle avait disposé de cet appareil politique, c'est peut-être le vrai tournant de 2007 ?

Publié le 12 juin 2015

Aujourd'hui, alors que tous les sondages disent qu'une grande majorité de Français souhaitent une Femme à la Présidence de la République je ne peux m'empêcher de penser que cette femme ce pourrait être elle, il faudrait que ce soit elle; il est même urgent que ce soit elle...Avec son intelligence, son intuition, sa force de caractère et peut-être surtout sa proximité avec le peuple....et son génie pour trouver à chaque problème une solution en pratiquant la démocratie participative car -et là aussi c'est l'enseignement des sondages- les Français veulent participer aux décisions qui les concernent.

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 15:13

"La Démocratie Participative est en marche' a déclaré Ségolène Royal à propos de la COP 21 dont elle a, en tant que Ministre de l'écologie et du développement durable, la charge.

 

Ayant compris depuis longtemps que rien n'était possible sans la mobilisation des citoyens, elle travaille avec acharnement, depuis qu'elle a été nommée à ce poste, à la réussite de cette conférence mondiale dont l'enjeu n'est rien moins que la survie des hommes et des femmes sur la planète et, comme il n'y a pas de plan B comme l'a dit fort justement Laurent Fabius car nous ne disposons que d'une planète, elle est condamnée à réussir.

MAIS A QUOI JOUE LE PREMIER MINISTRE?

"La caractéristique: cet exercice est exigeant, est innovant. La méthode de cette consultation est créative...Elle se déroule selon un protocole très élaboré, professionnalisé pour en faire un véritable laboratoire de démocratie participative. Et bien évidemment, la France et le Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, dont j'ai la charge a aidé financièrement cette initiative, parce que nous sommes le Pays d'Accueil- nous avons cette chance- et que nous devons nourrir le Processus de la négociation DE LA COP 21.

C'est aussi l'occasion donc pour le Gouvernement et les autorités locales de prendre en considération les aspirations citoyennes pour une meilleure qualité de vie; bien évidemment, toutes les initiatives, les imaginations, les idées qui se déploient à l'échèle du territoire mondial.

La démocratie participative est en marche, parce que l'avenir de la planète est ce que nous en ferons..."

MAIS A QUOI JOUE LE PREMIER MINISTRE?

La mission confiée à Ségolène Royal n'est pas un long fleuve tranquille car elle doit faire face déjà en France à tous les lobbies qui veulent conserver leurs privilèges et le fric à l'intérêt général, à tous ceux qui veulent que rien ne change et sont attachés à leur confort personnel et à leurs habitudes de vie.

 

Et pourtant ça bouge...Les citoyens se mobilisent...Ils ont des idées et innovent...Ils sont de plus en plus nombreux à  prendre conscience de l'enjeu.

 

Emissaire particulière du Président de la République, Notre Ministre multiplie les déplacements à l'Etranger pour convaincre...convaincre les Africains, convaincre les USA notamment de participer à la conférence..Elle participe aux voyages présidentiels dont l'objectif est de convaincre les puissances étrangères et notamment la Chine...

 Indispensable parce que la précédente conférence sur le réchauffement climatique a été un échec parce que les pays les plus pollueurs ne s'y sont pas associés...La Chine, d'abord et les USA en raison du refus de la Chine.

Or précisément les USA et la CHINE, ont accepté de participer et de prendre des engagements. Reste à savoir lesquels et à quel niveau.

Tout n'est pas gagné. Mais les choses avancent.

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EN A FAIT UN ENJEU MAJEUR DE SON QUINQUENNAT ET A DONC INTERET A CE QUE LE SUCCES SOIT AU RENDEZ VOUS.

Pourtant tout n'est pas rose. Ce n'est un secret pour personne que l'entente entre le Premier Ministre et Ségolène Royal n'est pas au beau fixe et Manuel Valls n'hésite jamais à lui mettre des bâtons dans les roues. Les média ont souvent témoigné des arbitrages du Président de la République en faveur de sa ministre...

Mais là, Valls dépasse les bornes....Il profite d'un déplacement en Asie du Président de la République et de la Ministre de l'Ecologie pour accepter la reprise  des travaux à Notre Dame des Landes à quelques jours de la COP 21 quitte à remobiliser les écoilos et les occupants de ces territoires...quand le Monde entier est représenté à Paris, ca fait désordre.

Comme dit le proverbe: " quand le chat  n'est pas là, les souris dansent."

 

Le Premier Ministre souhaiterait un échec de la COP 21, il ne s'y prendrait pas autrement....

Déjà, on lit dans certains média que Valls et Macron souhaiteraient détruire la gauche définitivement pour constituer un parti selon leurs souhaits: Le parti Socialiste ou ce qu'il en resterait soit son aile droite et le centre gauche et centre droit de façon à pouvoir mettre en place  la sociale délocratie libérale....

A l'évidence Ségolène n'est pas sur cette ligne...La démocratie participative pour faire émerger une société sociale écologique....Ce qu'elle s'applique à   faire au niveau de son ministère.

VOYEZ L'ERREUR....

 

Quoiqu'il en soit, valls qui jusqu'à présent s'était montré d'une loyauté exemplaire prend ses distances...Qu'a-t-il derrière la tête?   Songe-t-il à quitter le gouvernement après un échec, cuisant ou non aux Régionales pour présenter sa candidature en 2024?  Son attitude manque de clarté et la multiplication des cafouillages notamment en matière fiscale n'est pas bon signe.

Mais Ségolène Royal ne s'en laisse pas compter et manifeste sa fureur.'

 

 

 

Ségolène Royal s'est en effet vertement exprimée contre la décision prise, à quelques jours de la COP 21 d'autoriser la reprise des travaux de l'aéroport de Notre Dame des Landes et s'esprimera sur la 3 dimanche .

Ségolène Royal s'est en effet vertement exprimée contre la décision prise, à quelques jours de la COP 21 d'autoriser la reprise des travaux de l'aéroport de Notre Dame des Landes et s'esprimera sur la 3 dimanche .

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 09:28

14 octobre 2015

LE CHOIX DE L'UNITE

Dans le contexte actuel marqué par la volonté d'une partie de la gauche de tordre le cou à l'unité qui, depuis François Mitterrand a permis toutes les victoires et de faire cavaliers seuls et par la violence inouïe de la droite et l'extrême droite unies pour éliminer la gauche et ses valeurs républicaines et démocratiques, seul un sursaut du peuple de gauche et de tous les Français qui sont attachés à la démocratie peut changer la donne. Il leur appartient de faire leur choix et de le faire savoir en votant au référendum organisé par le Parti socialiste comme les y invitent Jean Louis BIANCO et Guillaume Garot.

"Cher(e)s camarades,

Du 16 au 18 octobre, un référendum est organisé pour l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains.

Cette initiative s’inscrit dans un contexte où une partie de la gauche parie sur notre défaite espérant ainsi prendre le leadership tandis que la droite veut nous éliminer et que l’extrême droite n’a jamais été aussi forte. L’enjeu est majeur, une gauche divisée se met en danger. La mobilisation de chacun est déterminante.

Ce référendum est ouvert à toute personne qui se reconnaît dans les valeurs de la gauche pour conti
nuer à faire avancer notre pays.

Vous pourrez voter en ligne ou sur l’un des points de vote répertoriés sur le site internet www.referendum-unite.com

Nous comptons sur vous, pour que la gauche soit forte aux élections régionales.

Amitiés fidèles,

Jean-L
ouis Bianco et Guillaume Garot "

Partager cet article
Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 09:24
FRANCOIS ET SEGOLENE

Ségolène Royal est Ministre de l'écologie, du développement durable, de l'énergie et des transports depuis un an et déjà les Média soulignent son importance au sein du gouvernement et surtout auprès du Président de la République.

C'est le Nouvel Observateur qui la considère comme la " vice présidente" tant les rapports entre elle et le Président de la République sont étroits.Il va même plus loin en affirmant qu'elle est la dernière chance de Hollande pour 2017....

Si les caciques du Parti Socialiste qui ont tout fait pour qu'elle ne soit pas élue Présidente de la République en 2007 ne la tiennent pas en odeur de sainteté ( c'est le moins qu'on puisse dire,) elle est par contre populaire auprès de des sympathisants socialistes.

Selon le dernier sondage IPSOS: Sixième du classement général (44% de bonnes opinions, +4 points), Ségolène Royal connaît également une embellie de popularité. Surtout, la Ministre de l’Ecologie se hisse à la première place du classement établi par les sympathisants socialistes, avec 75% de jugements favorables (+5 points), son meilleur score depuis… juin 2007.

Laurent Fabius est ainsi relégué à la deuxième position (69%, -3 points) et Martine Aubry apparaît troisième (69%), en nette hausse, de 6 points en un mois et de 11 points sur deux mois, depuis qu’elle a décidé de rallier la motion Cambadélis soumise au vote des militants socialistes.

Pas étonnant dans ces conditions que l'on retrouve dans la bouche du Président les phrase répétées par Ségolène pendant la campagne présidentielle de 2007...Il en est ainsi de la " démocratie participative tellement décriée alors tant à droite qu'à gauche...Le monde politique considérait cela comme un gadget....Et l'opposition était féroce de la part des élus qui ne juraient que par la démocratie représentative....LES TEMPS ONT CHANGE...même si beaucoup au PS rêvent de s'en débarrasser.

Et maintenant, au Gouvernement, comme toujours elle dit ce qu'elle fait et fait ce qu'elle dit...Donc cette démocratie participative, elle la met en place dans le domaine qui est le sien, avec la bénédiction du Président, mais annonce aussi une loi pour la rendre obligatoire.

Pour François Hollande toujours très bas dans les sondages la popularité de Ségolène Royal est un atout majeur, du moins le pense-t-il. En conséquence, le développement durable est devenu un axe essentiel de sa politique. Il en fait une priorité et mise tout sur la conférence mondiale climatique qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

VSD publie à ce sujet un excellent article.

Ségolène Royal/François Hollande : leur couple dirige la France

En l’absence de première dame officielle, la ministre de l’Écologie occupe non seulement la fonction, mais elle y imprime sa marque, forte de son histoire avec le président. Ainsi, parmi les ministres, c’est la seule à tenir tête à Manuel Valls, le locataire de Matignon. Le chef de l’État compte aussi sur elle pour 2017.

Lors d’un dîner privé réunissant, il y a une quinzaine de jours, rive gauche, à Paris, d’importants responsables socialistes, Michèle Delaunay, ancienne ministre déléguée aux Personnes âgées dans le gouvernement Ayrault, explique aux convives qui s’interrogent sur l’influence croissante de Ségolène Royal auprès du président de la République : « Leur histoire est tellement singulière… On ne va pas faire comme si elle n’existait pas. Ce couple est insécable, leur duo inaltérable. Alors ils sont évidemment vraiment partenaires et profondément complices dans la gestion du pays.

VIDEO

Cette position particulière de Ségolène Royal constatée par les médian'est pas un hasard. Lorsque Hollande a été élu Président de la République, il a formé un gouvernement constitué de gens plein de bonne volonté mais sans expérience, à part Laurent Fabius. Les deux femmes fortes du Parti Socialiste Martine et Ségolène ont été mises à l'écart, Ségolène pour incompatibilité avec la Première Dame de France de l'époque menée par une jalousie démentielle et d'une cruauté  incroyable...

 

L'obstacle levé Ségolène Royal était, comme elle le dit elle même légitime à devenir Ministre, après avoir été la conseillère de François Mitterrand pendant 8 ans, puis députée, 4 fois Ministre et Présidente de Région, enfin candidate à la Présidence de la République, et première femme à être parvenue au deuxième tour....

 

Une expérience préciseuse alors que Hollande nage dans les eaux de l'impopularité, ne parvient pas à faire comprendre sa politique et surtout  à convaincre de son opportunité des Français pour qui la gauche est le symbole des acquis sociaux et de la redistribution...DUR DE DUR de se trouver à la tête d'un pays mis en miettes par le droite  quand on est de gauche. DUR DE DUR de faire accepter aux  Français qu'un Président de Gauche se trouve dans l'obligation d' imposer la rigueur pour ne pas dire une certaine forme d'austérité parceque la droite a passé son temps à gaspiller l'argent des contribuables...

Ségolène Royal était donc indispensable, la seule socialiste encore populaire, la seule capable de tenir un discours positif, capable de parler de réussite au lieu de passer son temps à diffuser des préceptes économiques, la seule capable de tracer un projet d'avenir et de donner confiance en l'avenir.

 

EN 2012, lorsque Sarkozy a été battu, nous ne cessions de répéter:"RIEN NE SE FERA SANS ELLE"...et nous avions raison car Ségolène se bat pour une nouvelle société sociale écologique dont elle définit au cours de ses actions le visage et l'avenir avec la ferme intention de redonner l'espoir, d'engendrer la dynamique nécessaire à la réussite, de mobiliser tous les Français pour une grande cause qui est celle de la planète.

Mais aussi pour permettre à François Hollande de terminer le mieux possible son quinquennat, voire de gagner en 2017.....Avec la certitude, comme elle l'a souvent dit que " nous gagnerons ensemble ou nous perdrone ensemble..."

Et si Hollande n'était pas en situation de se présenter? Une primaire serait aussi carnassière qu'en 2007, à moins que les Françaises et les Français se mobilisent pour déjouer les manoeuvres de l'appareil du PS et ne décident de mettre une femme à la tête de l'Etat...Y sont ils prêts? L'histoire le dira....

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 10:00
SEGOLENE ROYAL: UN BILAN POSITIF

Après un an de Présence au Gouvernement, Ségolène Royal présente un bilan positif dans le domaine de l'énergie verte, du développement durable et des transports qui lui a été confié. Et ce n'est pas rien, car ce ministère est un des plus delicats à gérer...face aux lobbies qui ne cessent de lui mettre des bâtons dans les roues, face à ceux qui veulent que tout change à condition que rien ne change, face aux difficultés d'adaptation de tout un chacun, attaché à ses petites habitudes quotidiennes...

 

Elle est la quatrième ministre de l'écologie du quinquennat de François Hollande et la seule qui tienne face aux multiples oppositions, face à ceux qui comme Sarkozy disent " l'écologie ça commence à bien faire", face aux Verts dont les exigences sont intenables parce que complètement déconnectées des réalités, face à ceux qui ne jurent que par l'énergie nucléaire ou rêvent de nouvelles énergies fossiles comme le gaz de schiste qu'elle a enterré, enfin avec un budget réduit en raison de la crise, ce qui l'oblige à faire preuve de beaucoup d'imagination et à des négociations complexes et souvent compliquées avec les entreprises pour les inciter à investir.

 

Oui elle peut être fière du travail accompli en un an, car elle est parvenue dans les dossiers lourds dont elle a la charge à désamorcer les antagonismes, à trouver le consensus  et des solutions là où beaucoup ont échoué...Et elle y est parvenue grâce à sa longue éxpérience politique, à son intelligence, à sa faculté de présenter des solutions acceptables par tous, son sens du compromis accepté pour l'intérêt général et surtout son sens du dialogue savamment rodé lorsqu'elle a tenté, au cours de la campagne présidentielle de 2007 d'instaurer la démocratie participative.

 

Comme elle l'a si souvent répété: Il n'y a pas de problèmes. Il n'y a que des solutions.

Grâce à elle les choses ont beaucoup avancé même si elle ne gagne pas toujours , en tout pas toujours totalement les parties de bras de fer qu'elle est contrainte de mener pour débloquer des dossiers sur lesquels les lobbies ne veulent pas céder.

Un exemple: Concernant le péage des autoroutes elle avait estimé excessives les augmentations pratiquées par les concessionnaires et avait fait part de sa volonté de bloques les tarifs en 2015.

 

C'est chose faite. Le Premier Ministre a annoncé qu'il n'y aurait pas d'augmentations en 2015, et un inveetissement de 3 Milliards d'euros en trois ans dans les infrastructures autoroutières, dont certaines innovantes a précilé la Ministre...

 

 


"La transition écologique en marche : Ségolène Royal présente les actions engagées et les actions à venir




Ségolène Royal a présenté vendredi 3 avril l’ensemble des actions engagées depuis son arrivée il y a un an, à la tête du ministère de l’Écologie. 5 grandes priorités structurent l’ensemble de ces actions : la transition énergétique pour la croissance verte, la reconquête de la biodiversité, la santé, l’éducation à l’environnement et la démocratie participative.

« Toutes ces priorités s’inscrivent dans le travail gouvernemental autour de l’emploi » (…) J’ai à cœur de démontrer que l’on peut créer 100 000 emplois dans la croissance verte et je rendrai public le tableau de bord de ces créations d’emplois dans tous les domaines dont j’ai la charge » a déclaré Ségolène Royal.

Vers la conférence Paris – Climat

Ségolène Royal a insisté sur la mobilisation mondiale et européenne autour de la future conférence Paris – Climat de décembre prochain, en soulignant sa responsabilité de mobiliser la société civile. Un grand débat citoyen planétaire sera organisé le 6 juin dans 100 pays ainsi que, prochainement, une réunion des lycéens du monde entier engagés pour le climat à Toulouse. De nombreuses autres manifestations se tiendront tout au long de l’année, sur les thèmes de l’entreprise, de l’éducation, de la culture, de la recherche…."




Invitée de l'émission les quatre vérités, sur la 2 elle a détaillé sa politique écologique et rappelé son objectif de créer 100000 emplois, ce qui n'est pas rien!


Dans un excellent article, Le Point fait un bilan plutôt élogieux de la politique menée par Ségolène Royal.

Le Point - Publié le 01/04/2015 à 13:27
La ministre a mis sa popularité au service de sujets très techniques. Habile, elle a su déminer des situations explosives, tout en gardant sa liberté de ton.
La ministre a contribué à l'enterrement de la fiscalité écologique, une vision "punitive" de l'écologie, selon elle.
La ministre a contribué à l'enterrement de la fiscalité écologique, une vision "punitive" de l'écologie, selon elle. © Philippe Merle / AFP


1

Ségolène Royal est une ministre à part. En un an, elle a démontré à la tête de l'Écologie et de l'Énergie une grande habileté pour déminer des dossiers sensibles comme Sivens ou l'avenir du nucléaire. "On a beaucoup avancé sur la loi de transition énergétique, d'abord parce qu'il y a la COP 21 (conférence climat) mais aussi grâce à la personnalité de Ségolène Royal", confie l'entourage de Manuel Valls, un an après l'arrivée au gouvernement de l'ancienne compagne de François Hollande et candidate à la présidentielle de 2007.

Le projet de loi, présenté par l'Élysée comme "l'un des textes les plus importants du quinquennat", n'a pas encore été définitivement voté. Mais Royal a su éviter un affrontement avec les écologistes, notamment sur le volet nucléaire, qui prévoit un plafonnement de la capacité au niveau actuel, sans plus de précision sur le chemin pour arriver à réduire à 50 la part de l'atome dans la production électrique. "Un tour de force", selon un observateur des débats parlementaires. Le signe d'"une capacité politique à gérer un fort enjeu", relève Daniel Boy du Cevipof.


Un blocage sur la fiscalité écologique

Primes à la conversion de vieux véhicules diesel, aides aux travaux de rénovation énergétique : la ministre, chantre de la "croissance verte", défend aussi à longueur d'interviews les mesures grand public du texte. Pour Matthieu Orphelin, de la Fondation Hulot, ce projet de loi et celui sur la biodiversité "seront les vrais marqueurs de son action". "C'est une ministre écoutée, avec une vision qui part du terrain, c'est intéressant." "Mais son blocage sur la fiscalité écologique", sur la taxe carbone, par exemple, "qu'elle assimile à de l'écologie punitive, est un problème", poursuit-il, à l'unisson de nombreuses ONG. Tout comme son positionnement contre l'écotaxe, qui a fortement pesé dans l'abandon de cette mesure.

Pour autant, la sphère environnementale lui sait gré d'avoir un poids qui manquait à ces trois prédécesseurs depuis 2012 (Nicole Bricq, Delphine Batho, Philippe Martin). "Elle a une carrure que d'autres n'avaient pas", souligne Allain Bougrain-Dubourg de la Ligue de la protection des oiseaux (LPO), qui juge toutefois "ambigu son éloge de l'écologie non punitive". "Il y a souvent un manque global d'ambition, d'imagination", regrette Sandrine Rousseau, porte-parole d'EELV.
Quelques recadrages

Sur le projet de barrage de Sivens (Tarn), qui a viré au drame avec la mort d'un jeune opposant en octobre, Royal a désamorcé la situation devenue localement explosive en se posant en arbitre, même si le problème est loin d'être résolu. "Elle a dû porter des sujets très techniques, mais elle a mis sa popularité au service de l'Écologie, elle s'investit, notamment dans le chantier sur la démocratie participative, et sa liberté de parole peut dérouter mais elle plaît aussi", note Arnaud Gossement, avocat spécialisé dans l'environnement.

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes, autoroute A831 entre Vendée et Charente-Maritime, tarifs des autoroutes, projet d'un nouveau Roland-Garros : sur ces sujets, Ségolène Royal a adopté une grande liberté, quitte à apparaître en décalage avec le Premier ministre, qui n'a pas hésité à la recadrer. "Elle a clairement une place à part, elle est plus qu'un ministre, une sorte de vice-Premier ministre", estime un habitué des cabinets ministériels.
Loyauté....

Tous cela ne se fait pas sans difficultés. Ségolène Royal a une volonté d'aboutir sur ses projets par la négociation, mais cela nécessite parfois des bras de fer, comme le démontre la " bataille" avec Hidalgo qui veut imposer l'usage alternatif pour tout pic de pollution. Arqueboutée sur le respect des textes en vigueur, Ségolène Royal refuse, estimant que c'est une solution pénalisante pour les banlieusards qui en réalité n'est pas une solution parcequ'on doit pouvoir respirer tous les jours, dans une ville....

Argument frappé du bon sens et lui permet de demander que les parisiens prennent les transports en commun, que les taxis roulent avec des véhicules électriques et que les bus soient aussi électriques...Un moyen de propulser les véhicules électriques et les industries qui les fabriquent, notamment RENAULT....et quelque part de créer des emplois.

 

On trouverait dans son action de multiples exemples de cette nature marqués simplement du sceaux du bon sens.

 

L'examen de la première année de Ségolène Royal à la tête du Ministère de l'Ecologie est très instructif sur le modèle de société dont elle rêve pour la France...Une société sociale écologique du bien être, non punitive dans laquelle les intérêts de chacun sont préservés, dans laquelle l'ensemble des Français est mobilisé pour l'intérêt général et si possible une société apaisée, où chacun participe au développement du Pays, où l'on réapprend à vivre ensemble. On voit qu'elle rêve de mettre fin aux antagonismes délirants qui marquent la société actuelle, en se parlant, en cherchant ensemble des solutions, en se respectant.

 

Bravo Madame.

 

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 11:05
LES ECONOMIES D'ENERGIE, C'EST MAINTENANT.

 

La loi sur la transition énergétique est l'oeuvre majeure de Ségolène Royal, un des objectifs prioritaires affichés par le Président de la République pour son quinquennat et surtout un atout pour la France qui recevra tous les Pays du Monde à Paris pour tenter d' aboutir à un accord que la Ministre espère ambitieux pour lutter contre le réchauffement du climat qui de l'avis général doit être limité à 2%....ce qui n'est pas gagné tant les obstacles s'accumulent.

 

Ségolène Royal multiplie les rencontres internationales, pour parvenir à ses fins.

A Lisbonne elle a précisé ses objectifs.

par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP publié le 03/03/2015 à 02:57
Partager

La ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal a affirmé, ce lundi soir à Lisbonne, vouloir trouver "des propositions communes" avec les pays du bassin occidental de la Méditerranée avant la Conférence mondiale sur le climat que la France réunira fin décembre à Paris. "Je souhaite qu'il y ait des propositions communes, parce que nous avons un espace commun à défendre, la Méditerranée", a estimé Ségolène Royal, qui s'exprimait avant l'ouverture d'une réunion ministérielle sur l'environnement qui se tient sur deux jours dans la capitale portugaise.

Nous avons un espace commun à défendre, la Méditerranée
Ségolène Royal

"La Méditerranée est un espace de la planète très gravement impacté par le dérèglement climatique", a ajouté la ministre de l'Ecologie, citant le réchauffement, la pollution et "la dégradation de la biodiversité". La conférence de Lisbonne sur l'Environnement et des Energies renouvelables, coprésidée par le Portugal et le Maroc, entre dans le cadre des rencontres du Forum 5+5 et regroupe également l'Algérie, la France, l'Italie, la Libye, Malte, la Mauritanie, l'Espagne et la Tunisie.

"J'ai décidé d'être là pour marquer l'importance que porte la France, en partenariat avec le Portugal, à l'espace Méditerranéen", a encore affirmé Ségolène Royal, précisant que "ce qui est commun à nos pays, c'est l'entrée dans la transition énergétique". "Tous nos pays vont s'engager dans la lutte contre le réchauffement climatique, donc dans la diminution des gaz à effet de serre", a-t-elle ajouté, avant de suggérer des "échanges de technologies dans le domaine des énergies renouvelables". Le président français François Hollande et son homologue philippin Benigno Aquino avaient lancé ce jeudi "l'Appel de Manille" pour exhorter le monde à trouver un accord sur le climat en décembre à Paris et éviter ainsi à tout prix la réédition de l'échec cuisant de la Conférence de Copenhague en 2009.

Voilà pourquoi je souhaite qu’au bout du compte,
sans que chacun ne renonce à ce qu’il est
mais aussi sans confondre l’essentiel et l’accessoire,
les élus de la Nation joignent leurs voix
pour que nous réussissions avec tous les Français
cette belle révolution de la croissance verte et des nouveaux emplois qui vont avec.
Je vous remercie




 

On comprend dans ces conditions l'importance de la loi sur la transition énergétique dont on ne connaîtra définitivement les contours que lorsqu'elle aura définitivement été votée par l'Assemblée Nationale qui de toute façon aura le dernier mot.

Ségolène Royal a prononcé un magnifique discours rappelant les enjeux de la loi et rassembleur car elle sait que pour réussir il faut mobiliser toutes les énergies, devant les Sénateurs, que J'accuse 56 a à coeur de publier dans cet article.

Mme Ségolène Royal
Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
Paris, le mardi 3 mars 2015
Vote en séance publique du projet de loi
Discours
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les sénateurs,
Merci pour ce vote magnifique qui engrange des avancées décisives,
Merci pour vos explications de vote venant de tous les groupes
et qui toutes ont souligné la
portée historique
d’une loi qui, dépassant les clivages
politiques, vise à engager la France
dans un
nouveau modèle énergétique,
de
façon irréversible
,
en donnant à tous les secteurs concernés, industries, bâtiment, services, le cadre stable
pour investir et créer des emplois dans tous les domaines de la croissance verte
en
prenant nos responsabilités
pour
lutter contre le dérèglement climatique
,
et pour faire du
modèle français
, celui de
l’excellence environnementale
,
exemplaire
avant la
grande conférence de Paris pour le climat
ou les dirigeants du monde entier devront prendre leurs responsabilités,
pour faire comprendre que nous avons deux patries
: la nôtre et la planète
.
Cette
révolution de la croissance verte, qui s’accélère
, portée par cette loi et les
actions concrètes et financières qui l’accompagnent, est le fruit, vous le savez, d’un
travail minutieux, attentif et déterminé
,
à l’écoute
de multiples instances, allant des
conférences environnementales au débat citoyen, à la contribution des ONG, aux
actions concrètes et réussies de nos communes, départements, régions, et je tiens à le
dire dans une volonté de rassemblement, au Grenelle de l’environnement et des loi qui
l’on précédé ainsi qu’aux contributions du conseil de la transition écologique qui
rassemble
toutes les parties du dialogue environnemental.
Mais surtout je tiens à saluer l’excellent
travail
accompli par votre Assemblée et la
grande qualité du débat démocratique
sur tous les bancs, que j’ai eu plaisir à animer,
avec vos chefs de file, Roland Courteau, Jean Pierre Bosino, Ronan Dantec, Jacques
Mézard, Chantal Jouanno et Jean-Claude Lenoir
et le passionnant travail de votre commission des affaires économiques et de votre
commission du développement durable que préside Hervé Maurey ainsi que celui de
vos rapporteurs, Louis Nègre et Ladislas Poniatowski qui n’ont ménagé ni leur temps, ni
leur énergie.
Il n’y a eu ni vaine polémique, ni politique politicienne, mais une vraie hauteur de vue
et
volonté commune de projeter la France dans un futur bon pour elle
, sans effacer
les légitimes différences de points de vue, toutes respectables, et que je vais encore
m’efforcer de rapprocher d’ici l’adoption définitive de la loi.
Nous avons, je le crois, débattu dans un esprit qui fait
honneur à la démocratie.
J’entends par là non seulement que les points d’accord et les points de désaccord
ont été amplement et minutieusement argumentés
mais que toujours, notre motivation première fut
la recherche du bien commun
.
Vous avez, je m’en réjouis,
confirmé la plupart des dispositions majeures
du texte que j’ai défendu en première lecture par l’Assemblée nationale
et les
250 amendements
que vous avez adoptés ont,
signe de cette
co-construction législative
à laquelle je suis très attachée,
pour 80 % d’entre eux
fait l’objet d’un avis favorable du gouvernement
C’est dire
l’esprit constructif qui a prévalu
Avec quelques points qui restent en débats
et sur lesquels, comme il est d’usage,
la Commission mixte paritaire va se pencher dans une semaine.
Je ne doute pas que
le Parlement saura donner
sans tarder
la plus grande force
au mouvement de tous
qui va nous permettre de faire de la France,
forte de la législation la plus avancée car la plus complète d’Europe,
une
puissance écologique donnant l’exemple chez nous
donc capable de convaincre et d’entraîner à l’échelle européenne, pour construire
l’Europe de l’énergie, évoquée par le président Jean-Claude Lenoir, et mondiale
pour apporter des réponses au défi climatique.
Les réformes que j’ai proposées
pour construire une économie bas carbone
sortent
renforcées à l’issue des débats dans les deux assemblées
, et je vous en remercie une
nouvelle fois, et notamment
:
1/
La performance énergétique des bâtiments
pour faire baisser les factures et
engager les travaux grâce au crédit d’impôt et à l’éco prêt à taux zéro
;
2/
La priorité aux transports propres
pour lutter contre la pollution de l’air et
protéger la santé
;
3/
Les objectifs zéro gaspillage, zéro déchet
, et notamment dans plus de 200
territoires à énergie positive
;
4/
La montée en puissance sur les énergies renouvelables
, grâce à de nouveaux
mécanismes de soutien et à la simplification
;
5/
La lutte contre la précarité énergétique
, avec en particulier le chèque énergie
;
6/
Le renforcement de la sûreté nucléaire
;
7/
Le pilotage démocratique du mix énergétique
et son
rééquilibrage
par le
passage de 75 % à 50 % du nucléaire dans l’électricité
Sur certains points
très peu nombreux comme je l’ai dit tout à l’heure, comme j’ai eu
l’occasion de le préciser au cours du débat, je souhaite en revenir à mon texte initial
dès lors qu’ils correspondront à
l’intérêt de notre pays
. Et
je sais
pouvoir compter
sur un bon dialogue
entre les assemblées
pour bien finaliser le texte.
* * *
«
Rien n’est plus fort,
disait Victor Hugo,
qu’une idée dont l’heure est venue
».
Cette idée, dans la France et dans le monde d’aujourd’hui,
ce sont les nouvelles
valeurs du développement durable
qui obligent à agir
ensemble
localement et à l’échelle planétaire,
pour la lutte contre le dérèglement climatique et la valorisation de la biodiversité,
pour la préservation de notre biosphère, de nos paysages exceptionnels,
et l’amélioration de la qualité de vie,
pour l’écologie, le social, l’économie et la santé publique
dont la loi qui vous est soumise organise la réconciliation,
pour la question énergétique et la question démocratique, si étroitement liées,
pour le progrès environnemental et le progrès social,
eux aussi indissociables,
pour le temps présent et les temps à venir, celles des générations futures pour
lesquelles nous agissons ensemble
Une remarque pour conclure
:
quand on marche seul, on se dit qu’on peut aller
plus vite
,
mais quand on marche avec d’autres, on va en vérité
plus loin.

 

 

Le Senat a voté la loi sur la transition énergétique. A écouter les Sénateurs ils ont beaucoup travaillé et de fait ils ont profondément transformé le texte voté par l'Assemblée Nationale. Ils l'ont enrichi mais aussi ils l'ont décapité en particulier sur la baisse de l'énergie nucléaire dont ils se sont refusés à prévoir une date. 

 

Ségolène Royal n'a pas dit son dernier mot et souhaite toujours pour l'essentiel le retour au texte initial.'

 

En atttendant,la Ministre, qui a travaillé avec acharnement pour aboutir à un projet ambitieux à la hauteur des enjeux et des objectifs affichés de faire de la France le pays leader multiplie les contacts avec ses homologues européens pour que l'Europe soit en pointe dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elle souhaitait  un accord européen. C'est chose faite a annoncé Ségolène Royal sur Tweeter.

 

Ségolène Royal @RoyalSegolene "L'accord de ts les ministres de l'Environnement sur un plan d'action ambitieux pour le Climat(indc) est fait. L'Europe,première a s'engager! Voir sur Twitter

 

BRAVO MADAME. UN JOLI SUCCES.



Climat: l’UE va réduire ses émissions de 40%
AFP 6 mars 2015 à 16:49 (Mis à jour : 6 mars 2015 à 18:18)



Pollution le 15 mars 2014 sur les périphériques parisiensPollution le 15 mars 2014 sur les périphériques parisiens (Photo Francois Guillot. AFP)

L’Union européenne a adopté vendredi sa contribution pour la conférence de Paris sur le Climat, avec un engagement de réduire d’ici à 2030 d’au moins 40% ses émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 1990.

«Il y a un accord, mais ça n’a pas été une mince affaire», a déclaré le commissaire européen en charge du Climat, Miguel Arias Canete, à l’issue d’une réunion avec les ministres de l’Environnement de l’UE à Bruxelles. «L’Europe est le premier continent à déposer sa contribution, comme cela a été demandé par les Nations unies», s’est félicitée la ministre française, Ségolène Royal.

L’offre de l’UE, qui est responsable de 9% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, a été envoyée au secrétariat de l’ONU, a précisé M. Canete.

Les ministres se sont mis d’accord sur «la liste de toutes les actions concrètes et de tous les secteurs économiques concernés par cet effort», a expliqué Mme Royal. La liste détaille les gaz à effet de serre pris en compte, énonce les secteurs industriels et inclut l’agriculture et les déchets. «Ce n’était pas du tout évident», a souligné la ministre française.

L’Irlande a bataillé pour obtenir que les émissions des terres et des forêts soient incluses dans l’offre de l’UE. Cette disposition est critiquée par les écologistes. «Les émissions de LULUCF (utilisation des terres et des forêts) ne doivent pas être comptabilisées dans les objectifs de réduction des pays, car cela signifierait diminuer de 4% des objectifs de réduction déjà bas», s’est insurgé l’eurodéputé Vert français Yannick Jadot.

«Un pas très important a été franchi aujourd’hui sur la route de Paris-Climat», a estimé Mme Royal. «L’Europe a pris ses responsabilités. Elle peut entraîner le reste du monde», a-t-elle affirmé.

<object id="flashObj" width="480" height="270" classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" codebase="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,47,0"><param name="movie" value="http://c.brightcove.com/services/viewer/federated_f9?isVid=1&isUI=1" /><param name="bgcolor" value="#FFFFFF" /><param name="flashVars" value="videoId=4100417332001&linkBaseURL=http%3A%2F%2Fwww.bfmtv.com%2Fmediaplayer%2Fvideo%2Fsegolene-royal-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-464436.html&playerID=1027556707001&playerKey=AQ~~,AAAAzBCG-1E~,ZmNCmEZClj4eQ1WsLf_mGl_Pmb90_E4h&domain=embed&dynamicStreaming=true" /><param name="base" value="http://admin.brightcove.com" /><param name="seamlesstabbing" value="false" /><param name="allowFullScreen" value="true" /><param name="swLiveConnect" value="true" /><param name="allowScriptAccess" value="always" /><embed src="http://c.brightcove.com/services/viewer/federated_f9?isVid=1&isUI=1" bgcolor="#FFFFFF" flashVars="videoId=4100417332001&linkBaseURL=http%3A%2F%2Fwww.bfmtv.com%2Fmediaplayer%2Fvideo%2Fsegolene-royal-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-464436.html&playerID=1027556707001&playerKey=AQ~~,AAAAzBCG-1E~,ZmNCmEZClj4eQ1WsLf_mGl_Pmb90_E4h&domain=embed&dynamicStreaming=true" base="http://admin.brightcove.com" name="flashObj" width="480" height="270" seamlesstabbing="false" type="application/x-shockwave-flash" allowFullScreen="true" allowScriptAccess="always" swLiveConnect="true" pluginspage="http://www.macromedia.com/shockwave/download/index.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash"></embed></object>

 

Excellente nouvelle. On avance à grand pas même si ce n'est pas encore gagné car il faut convaincre tous les pays de la Planète de faire des efforts.

 

 

Mais on peut saluer ici la compétence de Ségolène Royal a réussi à franchir déjà un pas décisif en Europe.

C'est la meilleure réponse à ceux qui dans " L'OPINION' osent écrire, faisant de la politique politicienne au niveau des caniveaux en ne retenant que ce qu'ils appellent les recadrages de Ségolène Royal par le Premier Ministre, qu'elle est intouchable mais ne sert à rien...

Scandaleux lorsqu'on connaît les difficultés de tout ministre de l'écologie à obtenir des résultats face aux conservatismes de ceux qui ne veulent surtout rien changer et face à la puissance des lobbies qui hélas sont beaucoup trop écoutés par Manuel Valls comme par le Président de la République...et tous ceux qui les ont précédés.

On ne compte plus le nombre des Ministres de l'écologie qui ont quitté leur poste parce qu'ils étaient paralysés dans leur action par les oppositions, y compris dans leur propre camp. On peut citer Corinne Lepage dont on connaît le courage et le dynamisme qui a quitté le parti de François Bayrou parce qu'il n' était pas assez écologiste. On peut également se remémorer Delphine Bateau chassée du gouvernement parce qu'elle s'opposait un peu trop au lobby nucléaire.

 

Ségolène, elle ne partira pas et on ne peut que la féliciter pour son efficacité...Il n'est pas anodin qu'elle soit soutenue par les Verts qui connaissent sa force de résistance.

 

Bien sûr la liberté d'expression doit être protégée mais que dire de la mauvaise foi et du machisme?

Repost 0
Published by jaccuse56.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • Le blog de jaccuse56.over-blog.com
  • : Ce blog est un blog politique qui a pour objet de soutenir l'action de Ségolène ROYAL
  • Contact

VISITEURS

Archives

Catégories Politique